::+:: Une lettre de Benoît XVI utilisée par les opposants au pape François

Le floutage d’une partie d’une lettre de Benoît XVI soulignant la « continuité » du pontificat de François avec le sien, sert aujourd’hui à faire dire le contraire au pape émérite.

La lettre de Benoît XVI à Mgr Vigano, dont les deux dernières lignes sont été floutées par le Vatican. / Vatican Media

Le 12 mars dernier, lors de la présentation d’une collection de livrets de la Librairie éditrice vaticane (LEV) sur la théologie du pape François, le préfet du Secrétariat pour la communication, Mgr Dario Vigano, avait lu aux journalistes une lettre de Benoît XVI.

Le pape émérite applaudissait à « cette initiative qui veut s’opposer et réagir au préjugé insensé selon lequel le pape François serait un homme purement pratique, privé d’une formation théologique ou philosophique particulière, alors que moi j’aurais été uniquement un théoricien de la théologie qui n’aurait pas compris grand-chose de la vie concrète d’un chrétien aujourd’hui ».


« Ces petits volumes montrent à raison que le pape François est un homme d’une profonde formation philosophique ou théologique, et aident donc à voir la continuité intérieure entre les deux pontificats, même avec toutes les différences de style et de tempérament », ajoutait-il.

Lors de la conférence de presse, Mgr Vigano avait également lu un autre passage de la lettre où Benoît XVI déclinait la proposition d’écrire une préface à ces livrets, estimant, « pour des raisons physiques », ne pas se sentir « en état de lire les onze volumes dans un futur proche ».

« Dans toute ma vie, il a été clair que j’ai écrit et me suis exprimé seulement sur les livres que j’ai véritablement lu », expliquait-il.


Floutage
Bien que lu par Mgr Vigano, ce passage avait néanmoins été discrètement flouté sur une photo transmise à la presse figurant la première page de la lettre devant les volumes édités par la LEV, provoquant notamment la colère de l’agence Associated Press qui l’avait diffusée (1).

Le Vatican avait dû reconnaître auprès de l’agence que le floutage avait été obtenu par un procédé numérique, et non naturellement par un effet de profondeur de champ, en contradiction avec la politique éditoriale d’AP qui, comme la plupart des agences de presse, interdit « tout ajout ou suppression digitale sur toute photographie ».

La polémique a toutefois débordé le milieu journalistique romain, une frange hostile au pape François profitant de ce détournement d’image pour dénoncer une manipulation de la lettre de Benoît XVI par la communication vaticane.

« Surprise » de Benoît XVI face à un des auteurs
Entre règlement de comptes de journalistes à l’encontre de Mgr Vigano et nouvelle opportunité d’attaquer le pape actuel, une campagne s’est alors engagée, accusant le Vatican de diffuser des « fake news », certains n’hésitant pas à affirmer que le pape émérite y critiquait le pontificat de son successeur…

D’autant plus que, quelques jours plus tard, il est apparu qu’un troisième paragraphe de la lettre n’avait pas été rendu public, où Benoît XVI faisait part « accessoirement » de sa « surprise de voir également figurer parmi les auteurs le professeur Hünermann ».

Il reprochait notamment à ce théologien allemand, professeur à l’université de Tübingen et coordinateur du Denzinger – le recueil de référence des textes du magistère – de s’être distingué, au cours de son pontificat « pour avoir mené des initiatives anti-papales ».

« Confidentiel-personnel »

Publiant samedi 17 mars l’intégralité de la lettre, le Vatican a expliqué que cette dernière partie, qui contenait donc des attaques ad personam, avait été considérée comme « confidentielle ».

Selon le vaticaniste Andrea Tornielli, la copie de la lettre lue par Mgr Vigano portait même la mention « confidentiel-personnel » en marge du troisième paragraphe, et c’est l’entourage du pape émérite qui aurait conseillé de ne pas en faire état.

La désastreuse gestion de cette affaire par la communication vaticane aboutit, in fine, au succès de ceux qui, depuis plusieurs années, tentent par tous les moyens d’opposer le pape François et son prédécesseur et qui ont ainsi réussi à dénier, chez ceux qui les suivent, toute consistance à la déclaration de Benoît XVI sur la « continuité » des deux pontificats.

Nicolas Senèze, à Rome / La croix



(1) Les deux lignes floutées de la lettre étaient : « Toutefois, je ne peux pas rédiger à leur sujet “une brève et dense page théologique”. Toute ma vie, il a toujours été clair que je n’écrirais et que je ne m’exprimerais jamais que ».

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le désastre naturel de l’Age du Bronze reporté sur une stèle

::+:: L'appel d'un curé au pape François pour ouvrir l'Église aux hommes mariés

::+:: Les textes sur le mécanisme d’Anticythère ont été déchiffrés