::+:: L’Orient chrétien, arts et croyances, avec Tania Velmans

Le christianisme oriental est un art. Une esthétique qui se retrouve des Balkans au Proche-Orient, jusqu’en Anatolie et au Caucase, selon un étroit réseau d’églises et de monastères.


Eglise d'Alaverdi (Georgie)• Crédits : Tania Velmans

L’art de l’Orient chrétien s’est épanoui à partir du IVe siècle dans un espace qui recouvre la Géorgie, l’Arménie, la Cappadoce, la Syrie, le Liban, Israël (l’ancienne Palestine), l’Égypte copte, la Nubie et l’Éthiopie. Ces territoires, où la chrétienté est née, bénéficiaient d’un réseau d’églises et de monastères exceptionnellement dense et précoce, dont les neuf dixièmes sinon davantage ont disparu. Ces édifices étaient décorés de fresques et de sculptures, ornés d’icônes et d’objets liturgiques, et renfermaient d’exceptionnels manuscrits enluminés.

Les recherches de l’auteur ont permis de définir l’originalité de cette iconographie orientale, sa cohérence, son rapport avec les doctrines religieuses et les croyances des peuples concernés. Elle montre que ces régions, qui faisaient partie de l’ère d’influence byzantine, ont constitué une entité à part, en termes d’art et d’iconographie, notamment influencée par l’Égypte pharaonique et la Perse. Cet ouvrage capital est nécessaire pour comprendre les conséquences des destructions actuelles. Il s’agit, ni plus ni moins, de la disparition, entre l’Occident et Byzance, d’une troisième tradition artistique du monde chrétien.

"Pour répondre à votre question, explique l’éditeur Guillaume Grandgeorge, il nous semblait, chez Picard, qu’avec la fuite des populations chrétiennes du Proche-Orient et la destruction de leurs églises, monastères et couvents, un pan entier de notre culture occidentale disparaissait. Nous cherchions à expliquer, au-delà du drame humain, quel héritage culturel commun était anéanti. Cela appelait une explication des fondements théologiques et historiques de la production artistique du monde chrétien à partir des IIIe-IVe siècles jusqu’à la chute de Constantinople. Durant toutes ces années, les artistes, les idées et les formes ont voyagé, non seulement au Proche-Orient mais aussi en Occident, influençant le monde médiéval dans ses rites, dans son rapport au sacré, dans sa représentation du divin. Concernant la préparation de ce volume, le travail a duré près de deux ans, Tania Velmans ayant repris son texte à plusieurs occasions. Nous avons aussi souhaité coller au plus près du manuscrit en recherchant l’iconographie à laquelle elle faisait référence, ce qui n’a pas été des plus facile. Madame Velmans fait partie du comité de rédaction d’une revue d’histoire de l’art byzantine (les Cahiers archéologiques, publiés depuis 1945) et nous la connaissons par ce biais."

Interview* de Tania VELMANS auteur du livre "L'Orient chrétien, arts et croyances" dans l'émission CHRÉTIENS D'ORIENT sur France Culture

Tania VELMANS
Docteur en histoire de l’art, directrice de recherche au CNRS, Tania Velmans a dirigé les Cahiers archéologiques fondés par André Grabar et les Cahiers balkaniques.




CHRÉTIENS D'ORIENT 

UN DIMANCHE SUR DEUX DE 8H07 À 8H30

* par Sébastien de Courtois / France Culture



BIBLIOGRAPHIE


L'Orient chrétien : art et croyances

Tania Velmans

Picard, 2017

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le désastre naturel de l’Age du Bronze reporté sur une stèle

::+:: Des archéologues font une découverte biblique majeure

::+:: L'appel d'un curé au pape François pour ouvrir l'Église aux hommes mariés