::+:: Le pape François désavoué par des prêtres nigérians


Il a finalement fini par céder. Le pape François est sorti perdant du bras de fer qui l’opposait, ainsi que son prédécesseur Benoît, à un clergé du Nigeria. Retour sur cette affaire qui dure depuis près de six années.

Le pape François a accepté ce lundi la démission de Mgr Peter Okpaleke, nommé en 2012 par le pape Benoît, évêque d’Ahiara, dans le sud du Nigeria, informe un communiqué du Vatican publié ce lundi.

Cette nomination avait alors suscité une vague d’hostilité dans le clergé d’Ahiara sur la base de considérations ethniques. Les prêtres du diocèse reprochaient au souverain pontife le choix d‘évêque qui n’est pas de leur groupe ethnique. Avec l’arrivée du pape François aux affaires, les tensions ne sont guères altérées.

Les détracteurs de l‘évêque ont notamment bloqué l’accès à la cathédrale lors de la cérémonie avortée de son installation officielle. Depuis, Mgr Okpaleke n’a jamais réussi à prendre son siège d‘évêque du diocèse.

En juin dernier, le pape François a tenté un passage en force en menaçant les prêtres contestataires d’excommunication, si jamais ils n’acceptaient pas la nomination de l‘évêque. Il leur avait alors lancé un ultimatum de 30 jours pour qu’ils lui prêtent obéissance.

Au Chili aussi

Si le Vatican affirme dans son communiqué que près de 200 prêtres ont fini par obéir au souverain pontife, il n’en demeure pas moins que l’instance suprême de l‘Église catholique ressort clairement affaiblie et désavouée de cette affaire longue de six années.

Pis, elle pourrait avoir des répercussions sur une autre affaire dans laquelle est empêtrée l‘Église, au Chili. Plusieurs prêtres et fidèles demandent la démission de l‘évêque Juan Barros accusé d’avoir fermé les yeux sur de nombreux abus sexuels dans l‘église chilienne.

Nommé pour la première fois évêque par le pape Jean Paul II et confirmé par le pape Benoît XVI, Juan Barros a été nommé évêque d’Osorno, au Chili, par le pape François en 2015. Avec l‘éclatement du scandale, l‘évêque a rendu sa démission à deux reprises, rejetée autant de fois par le souverain pontife qui tenait en comparaison l’affaire au Nigeria, selon des observateurs du Vatican.

Mais, vu l’issue de l’affaire du Nigeria, il est fort probable que le pape fasse au Chili aussi un rétropédalage, face à une pression de plus en plus croissante.

Carole KOUASSI / Africanews

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le désastre naturel de l’Age du Bronze reporté sur une stèle

::+:: L'appel d'un curé au pape François pour ouvrir l'Église aux hommes mariés

::+:: Les textes sur le mécanisme d’Anticythère ont été déchiffrés