::+:: L’énigmatique ville antique de Midas, construite par les Phrygiens il y a près de 3000 ans.


Situé dans la province turque d’Eskisehir, il y a un site archéologique surnommé Yazilikaya, qui signifie littéralement pierre gravée. Cependant, on l’appelle aussi la ville de Midas.

On pense que les Phrygiens l’ont construit entre le VIIIe et le VIIe siècle avant J. -C., bien que les archéologues soupçonnent qu’il pourrait être beaucoup plus vieux.

La chose la plus curieuse est que, bien qu’on l’appelle une ville, il n’ y a jamais eu de maisons.

C’était plutôt un ancien centre religieux de l’époque.



La ville dite de Midas antique

Rétrospective historique


Les Phrygiens étaient un ancien peuple indo-européen qui, selon Hérodote, habitait le sud des Balkans.

Au VIIIe siècle, ils émigrèrent en Anatolie, où ils fondèrent leur capitale à Gordio (où eut lieu, des siècles plus tard, le fameux épisode de la coupe du nœud gordien d’Alexandre le Grand).

Le plus ancien roi mythique des Phrygiens était Midas, un personnage dont il n’ y a pas de preuves archéologiques, mais qui apparaît dans les mythes grecs ultérieurs comme l’homme que tout ce qu’il a touché, s’est transformé en or.

Cependant, il ya des références à un roi qui « correspond à ses descriptions » dans les sources assyriennes à partir du VIIIe siècle avant JC, qui le décrit comme un allié de Sargon II en 709 avant JC.

On ne sait pas avec certitude s’il y avait déjà des grottes, des galeries et des escaliers à leur arrivée.

Les érudits ne sont pas en mesure de vérifier si c’était déjà un lieu sacré lorsque les Phrygiens y sont arrivés, ou si cet aspect a été donné par les nouveaux habitants.

Le fait est qu’ils l’ont transformé en une sorte de sanctuaire et ont commencé à l’orner de nouvelles constructions, creusant et inscrivant de nouveaux éléments dans les roches environnantes.

Phrygia Yazilikaya et les maisons rupestres de Midas City, Eskisehir, Turquie.

Le tombeau de Midas

L’un des monuments les plus connus du site est la Tombe de Midas.

C’est un monument, qui n’ a jamais été prouvé d’être une tombe, et est composé par une façade creusée dans le rocher de 20 mètres de haut par 16 de large.

Il comporte une fausse porte, aujourd’hui partiellement détruite par les pillards, qui ont dû penser que quelque chose devait être derrière elle, et une inscription sur la partie supérieure, parfaitement lisible et constituée d’une dédicace

Écrit en ancien phrygien, l’inscription dit: »par Ates, fils d’Arkias, à Midas. »

Sur les murs de la niche inférieure, il y a aussi une petite inscription qui dit Matar (mère) et fait probablement référence à la déesse Cibeles, dont l’image est peut-être restée là..

Une simple légende?

Midas reste un mystère aujourd’hui.

Si on fait attention aux sources, Midas a été enterré sous un énorme tumulus près de Gordio.

Il est intéressant de noter que les fouilles menées dans les années 1990 n’ont trouvé aucune trace de sépultures, ni dans aucun autre endroit de la région.

Cependant, l’une des choses les plus fascinantes et les plus étranges, c’est que si vous montez jusqu’au point le plus élevé de la ville, vous verrez des centaines d’escaliers creusés dans les rochers environnants, menant à des impasses ou simplement disparaissant sous terre.

Les archéologues ont trouvé un certain nombre d’autels éparpillés et de trônes en gradins.

Beaucoup d’érudits croient que ce sont des chemins cérémoniels, qui ont joué un rôle important dans le culte religieux de la région.

Les escaliers qui ont été construits pour pénétrer littéralement dans le sol pointent vers des tunnels et des chambres souterraines, inter reliés entre eux, que certains archéologues considèrent comme des « citernes » pour stocker l’eau, bien que plusieurs auteurs pensent qu’ils avaient une raison différente, plus profonde.

La plupart de ces passages sont bloqués par des terres et des roches qui se sont accumulées au fil des siècles et n’ont jamais été excavées.

Villes souterraines?




Malgré le fait qu’il y a de nombreux auteurs qui pensent qu’il peut y avoir un lien avec les nombreuses villes souterraines trouvées en Turquie au cours des dernières décennies, n’oublions pas que les Phrygiens – comme beaucoup d’autres cultures antiques – croyaient que leurs dieux vivaient à l’intérieur des montagnes, ou à l’intérieur de la Terre, et que les tunnels menant à l’intérieur étaient des passages vers le monde souterrain divin.

Par Ivan* / Ancient Code
  - Traduit par le Savoir Perdu des Anciens

Ivan


Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le désastre naturel de l’Age du Bronze reporté sur une stèle

::+:: L'appel d'un curé au pape François pour ouvrir l'Église aux hommes mariés

::+:: Les textes sur le mécanisme d’Anticythère ont été déchiffrés