::+:: Par dégoût, les premiers chrétiens ont adopté un symbole grec pour décrire la crucifixion


Des chercheurs ont découvert des preuves que les premiers chrétiens avaient adopté un symbole grec pour décrire la crucifixion alors que beaucoup, par répugnance, hésitaient à décrire la crucifixion de Jésus-Christ. Certains érudits pensent que cette aversion a persisté jusqu’au IVe ou Ve siècle, selon Aleteia. 



Larry W. Hurtado, professeur émérite de la langue du Nouveau Testament, de littérature et de théologie à l’Université d’Édimbourg, en Écosse, affirme qu’un symbole chrétien représentant la crucifixion, autre que la croix, avait été utilisé 150 à 200 ans plus tôt que cette dernière. Pour des raisons culturelles, plusieurs chrétiens voyaient la crucifixion comme honteuse, de sorte qu’ils hésitaient à attirer l’attention sur le Christ à la croix, explique Hurtado dans un article sur le site de la Société d’archéologie biblique. Hurtado décrit alors comment un symbole connu sous le nom de staurogramme a été créé à partir des lettres grecques tau et rhô : « En grec, la langue de l’église primitive, le tau majuscule, ou Τ, ressemble à peu près à notre T. Le rhô majuscule, ou R, cependant, est écrit comme notre Ρ. Si vous superposez les deux lettres, cela ressemble à ceci :



« Les premières utilisations chrétiennes de cette combinaison tau-rhô en font ce qu’on appelle un staurogramme. En grec, le verbe ‘crucifier’ est stauroō ; une ‘croix’ est un stauros. [… Cette combinaison de lettres produit] une représentation pictographique d’une figure crucifiée accrochée à une croix dans les mots grecs pour ‘crucifier’ et ‘croix’ ».




Hurtado, auteur de The Earliest Christian Artifacts: Manuscripts and Christian Origins, soutient que le staurogramme est la première image chrétienne de Jésus sur la croix, mais, comme d’autres christogrammes, c’était à l’origine un symbole préchrétien. On le trouve en outre sur une pièce Herodienne datant d’une quarantaine d’année avant même la naissance de Jésus.


Les lecteurs catholiques pourront quant à eux penser qu’ils reconnaissent ce symbole comme un chi-rhô qui est en réalité un autre christogramme ; ce dernier, comme son nom l’indique, est une superposition des lettres grecques chi et rhô.


« Avec le temps, les christogrammes sont venus à être utilisés non seulement dans des textes, mais comme des symboles indépendants du Christ ou de la foi chrétienne », écrit Hurtado. Et d’ajouter : « Cela était probablement aussi vrai pour le staurogramme tau-rhô […] mais [sa] première utilisation était une référence visuelle à la crucifixion de Jésus. En tant que tel, c’est la première représentation connue de la crucifixion de Jésus ». Le symbole a été en outre retrouvé en janvier 2014 sur le sol d’une basilique byzantine dans la région d’Ascalon en Israël.




Selon Le monde de la Bible (n. 210, p. 81), un décret impérial daté de 427 a interdit sa représentation dans des mosaïques, car on considérait comme injurieux de fouler aux pieds les représentations de la croix. Après cette période, le symbole semble avoir été utilisé de moins en moins jusqu’à être complètement abandonné.
La Rédaction de L'Observateur Chrétien

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le désastre naturel de l’Age du Bronze reporté sur une stèle

::+:: L'appel d'un curé au pape François pour ouvrir l'Église aux hommes mariés

::+:: Les textes sur le mécanisme d’Anticythère ont été déchiffrés