::+:: Le renouveau monastique (10eS)


Vingt Siècles d'histoire du Christianisme nous précèdent. Le christianisme a eu une influence omniprésente sur notre société, dans son ensemble, l'art, la langue, la politique, le droit, la vie de famille, les dates du calendrier, la musique, et la façon dont nous pensons ont été teintés d’influence chrétienne depuis près de deux millénaires. Nous voici au 10e siècle avec le renouveau monastique ...

L'histoire de l'Eglise ... Mieux comprendre son existence à travers les siècles ...

Article et dossier écrit par Patricia BRIEL, journaliste au Temps, passionnée et spécialisée dans les questions religieuses.

________________________________

Le 10e siècle

Dans cette époque troublée, la vie religieuse occidentale connaît à nouveau une éclipse. Les évêques sont nommés par le pouvoir temporel et leur moralité laisse à désirer. Pourtant, des moines travaillent à une réforme qui essaimera partout en Occident.

En ce début du Xe siècle, les Normands, venus de Scandinavie, débarquent sur les rivages de l’Ouest de la France. Ils pénètrent dans le pays, laissant libre cours à leur folie meurtrière, pillant et saccageant les églises et les monastères. Rien ne s’oppose à leur avancée: l’Empire franc, partagé en trois parties en 843 (France, Germanie, Lotharingie) s’est effondré définitivement en 887. Depuis, le chaos règne sur ces terres qui avaient pourtant vécu un renouveau prometteur au siècle précédent.

Dans le Sud et à l’Est, la situation n’a rien à envier à celle qui prévaut en France. Les Magyars, ancêtres des Hongrois, déferlent sur l’est de l’Europe, et les Sarrasins s’installent dans le Sud. En partie pour ces raisons, les historiens n’ont pas ménagé le Xe siècle: «un siècle de fer et de plomb», «un désert culturel» sont des expressions encore courantes à l’heure actuelle. Aujourd’hui, ils lui manifestent une plus grande indulgence, voire une certaine tendresse, poussant l’audace jusqu’à le qualifier de «grand siècle chrétien». En effet, le Xe siècle a vu se développer un brillant renouveau du monachisme qui a essaimé dans toute l’Europe, préparant le terrain à une réforme morale, disciplinaire et administrative radicale, connue sous le nom de réforme grégorienne, qui marquera profondément le XIe siècle.

La chute de l’Empire carolingien en 887 a entraîné celle de l’Eglise franque, qui vit une époque de décadence marquée par l’emprise des laïcs sur le monde religieux. Dans les différents royaumes d’Occident, les rois et les princes nomment les évêques selon des critères totalement profanes et intéressés. Le bon évêque est un laïc qui possède une fortune, qui a du sang noble, et dont l’esprit est celui d’un vassal. Le prélat devient donc propriétaire foncier et entretient une armée.

Parfois, pour obtenir un évêché susceptible de lui rapporter d’importants bénéfices, il achète sa charge, commettant ainsi le délit dit de «simonie» qui sera combattu plus tard par la réforme grégorienne. Pour compléter le tableau, ajoutons que les évêques ont femmes et enfants, malgré l’interdiction qui leur est faite de se marier après l’ordination. La réforme grégorienne s’attaquera également à ce comportement connu sous le nom de «nicolaïsme».

La papauté n’offre pas un visage plus réjouissant. Aux mains des grandes familles aristocratiques qui se partagent Rome, elle ne se trouve plus en mesure, comme autrefois, de reprendre le flambeau d’un pouvoir politique devenu inexistant sous les coups des invasions. Depuis la mort de Jean VIII en 882, des papes médiocres et immoraux se sont succédé. L’un d’entre eux alla jusqu’à exhumer le cadavre de son prédécesseur, Formose, pour le faire passer en jugement lors d’un macabre procès au terme duquel le corps fut jeté dans le Tibre. Le Xe siècle est, à cet égard, le plus sombre qu’ait connu la papauté.

A partir de 928, Marozie, fille d’un sénateur romain, dirige Rome. Son amant n’est autre que le pape Serge III. Ils ont un fils qui deviendra un pape médiocre à son tour. Albéric II, fils de Marozie et d’Albéric, son premier mari, s’empare du pouvoir en 932 et en impose aux familles romaines. Il nomme les papes et la situation se stabilise. A sa mort en 954, son fils monte à l’âge de 18 ans sur le trône de saint Pierre sous le nom de Jean XII. Las: il ne pense qu’à faire la cour aux femmes, à festoyer et à participer aux parties de chasse.

En 960, menacé par les projets expansionnistes du roi d’Italie Bérenger II, il demande la protection du monarque germanique Otton le Grand, et le couronne empereur le 2 février 962. Le Saint Empire romain germanique est né. La papauté restera sous le joug de l’Empire jusqu’au milieu du XIe siècle. Les empereurs germaniques auront le souci de la restaurer dans sa dignité et interviendront fréquemment dans la nomination des papes, au plus grand courroux de la population romaine, qui se soulèvera parfois contre les choix impériaux.

Revenons à la première moitié du Xe siècle. Les invasions scandinaves, sarrasine et magyare provoquent la fuite des moines. Quand ils le peuvent, ces derniers emportent avec eux manuscrits, reliques et richesses abbatiales. En France, les hommes de Dieu affluent vers la région parisienne et au Nord. Face au désordre ambiant, ils réagissent en réorganisant le monachisme.

Pierre d’angle de cette réforme: la fondation, en 909, de Cluny par Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine, et par le moine Bernon. Mais un danger menace Cluny dès sa naissance: l’emprise féodale que les princes et les évêques laïcs exercent sur l’Eglise et les monastères. Odon, le deuxième abbé de Cluny (927-942), réussit un coup de maître: il obtient du pape Jean XI de placer l’abbaye sous l’autorité de Rome, préservant ainsi son indépendance face aux convoitises laïques.

La réforme clunisienne se caractérise par un retour à la règle de saint Benoît, une vie plus austère, des pratiques de jeûne, l’observance du silence, la mise en commun des biens, le rôle central de l’abbé. Peu à peu, elle s’étend en Bourgogne, où elle est née, gagne l’Aquitaine et l’Italie. Au XIe siècle, moment de son apogée, la réforme atteindra la Germanie, l’Espagne et l’Angleterre. Ce développement entraînera la création d’un ordre, dont le fondateur sera Odilon (abbé de 994 à 1049).

Cluny n’est pas le seul foyer de réforme dans la première moitié du Xe siècle. D’autres centres émergent, comme Brogne, près de Namur, ou Gorze, près de Metz en Lorraine. Le monastère de Fleury-sur-Loire joue lui aussi un rôle qui sera déterminant pour la réforme des monastères anglo-saxons. Un abbé prestigieux lui donne sa stature: Abbon, un véritable philosophe dont les intérêts intellectuels couvrent un champ immense.

En Italie méridionale, le Calabrais saint Nil fonde à Grottaferrata, près de Rome, une nouvelle famille érémitique et cénobitique. En Germanie, on assiste au développement du monachisme féminin. Les œuvres de Hrotsvita, la chanoinesse de Gandersheim, ont marqué le Xe siècle. Elle a redonné vie au théâtre, composé des poèmes, écrit l’histoire d’Otton Ier. Parmi les autres monastères qui ont participé à la renaissance du monachisme, retenons Corvey en Saxe, Ratisbonne et Tegernsee en Bavière, Reichenau et Saint-Gall, ou encore Bobbio et le Mont-Cassin en Italie.

De manière générale, la réforme du monachisme a contribué à un renouveau culturel qui s’affirme essentiellement à partir de la seconde moitié du Xe siècle. La vie intellectuelle reprend à ce moment. Liège devient une nouvelle Athènes. Les écoles se développent autour des cathédrales. L’enseignement, en plus de la grammaire et de la rhétorique, comprend maintenant la dialectique. La philosophie est fort goûtée dans les monastères, où l’on continue à copier les classiques latins. Les abbayes qui avaient souffert des invasions reconstituent leur bibliothèque.

En Orient, le monachisme prépare ses heures de gloire: en 963, le moine Athanase fonde un premier monastère sur le mont Athos, qui deviendra un haut lieu de la spiritualité orthodoxe. Les moines occidentaux de l’époque n’en ont sans doute rien su. Tout au long du Xe siècle en effet, les relations entre les chrétiens de l’Occident et de l’Orient ont été quasiment inexistantes. Néanmoins, malgré l’incompréhension qui n’a cessé de croître depuis le Ve siècle et les différences qui caractérisent la vie religieuse des deux pôles de la chrétienté, cette dernière reste théoriquement unie. Pas pour longtemps: en 1054, un schisme brisera cette unité de façade.

Par Patricia Briel / Le Temps

Dates jalon

900Début des invasions magyares en Occident
909Fondation de Cluny
927-942Odon est abbé de Cluny
936Otton le Grand devient roi de Germanie
948-994Maïeul est abbé de Cluny
962Otton le Grand est couronné empereur par le pape Jean XII
963Fondation du premier monastère sur le mont Athos par le moine Athanase
976-1025L’empereur Basile II règne à Constantinople
986-1018Basile conquiert la Bulgarie
987Hugues Capet devient roi de France
988 ou 989Les Russes se convertissent à l’orthodoxie
994-1049Odilon est abbé de Cluny
Vers l’an 1000Conversion de la Scandinavie

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le désastre naturel de l’Age du Bronze reporté sur une stèle

::+:: L'appel d'un curé au pape François pour ouvrir l'Église aux hommes mariés

::+:: Les textes sur le mécanisme d’Anticythère ont été déchiffrés