::+:: La Bible est-elle un plagiat de la Bible hébraïque ?

REFLEXION : La question peut paraître surprenante, car pour la quasi-totalité de l’Occident, il n’existe, bien sûr, qu’une seule et unique Bible : celle de l’église catholique, apostolique et romaine ! Celle chrétienne, celle de Jérusalem dite aussi catholique, la Sainte Bible dite aussi TOB (traduction œcuménique de la Bible) ou l’Holy Bible, pour les Américains !


Pourtant, la question mérite d’être posée, car très peu de chrétiens (catholiques, orthodoxes, protestants, évangéliques, anglicans, etc.) savent que leur Bible, quelle que soit son épithète, n’est, en fait, pas vraiment la leur, celle de la chrétienté !

Pourquoi ?

Il aurait fallu pour cela, expliquer à des ouailles quasi analphabètes jusqu’au milieu du 19ème siècle, que les églises chrétiennes, toutes sans exception, reconnaissent que le peuple qui a fait tuer Jésus est en fait celui qui a écrit la quasi-totalité de leur Bible !

Quels sont les faits avérés ?

Sur les 1 951 pages de la TOB dont je dispose (Bible d’études, version Semeur 2000), la Bible hébraïque, le livre saint des juifs, représente les 1 395 premières pages, soit 71,5 % du total.

Pour rappel, la Bible hébraïque est composée :

* de la Torah dite aussi Loi mosaïque, révélée par le Dieu d’Abraham au juif Moïse. Elle est composée des 5 cinq livres fondateurs du monothéisme : la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome. Ces 5 livres ont été pris, puis regroupés sous le nom de Pentateuque par l’Église catholique, apostolique et romaine.

* des Prophètes, composition de 19 livres : du prophète Josué à Malachie. Ces livres ont été pris, puis regroupés par l’Église catholique, apostolique et romaine sous les noms de : les Prophètes et les Livres historiques.

* les Hagiographes. En fait 11 livres, du livre des Psaumes à celui des Chroniques. Ces livres ont été repris par l’Église catholique apostolique et romaine, puis regroupés sous le nom de Livres poétiques ou bien mélangés avec les précédents : les Prophètes. Cette Église aurait-elle voulu brouiller les pistes ?

Bref, tous les livres (certains ont été divisés par l’Église, tels : Samuel, les Rois, les Chroniques, Maccabées, etc.) de la Bible mère, celle des Juifs, dite Bible hébraïque, ont été pris et rassemblés par l’Église catholique, apostolique et romaine, sous un même titre : l’Ancien testament. Ensemble composé de 43 livres, tous appartenant au Peuple qui est la cause, paraît-il, de la mort du fils du Dieu d’Abraham : Jésus, l’un des 3 dieux des chrétiens. L’Ancien testament n’est donc pas un plagiat de la Bible hébraïque, mais sa copie pure et simple, mot pour mot, virgule pour virgule !

Ce vol ayant été effectué (il y a des siècles sans la permission du peuple juif, je suppose), il ne restait plus qu’à l’Église catholique, apostolique et romaine d’y ajouter les 170 pages de 4 évangiles et quelque 386 pages sur les épîtres des apôtres pour former un nouveau livre : la Bible des chrétiens.

Tout cela s’est passé durant tout le Moyen Âge. Période où la quasi-totalité de la population ne savait ni lire ni écrire. Bien sûr, aucun prêcheur chrétien ne disait à ses ouailles que la Création du Monde et de l’Homme étaient en fait l’œuvre du Dieu des juifs, non pas l’œuvre de Jésus ! Je pense aussi qu’aucun prêcheur chrétien n’oubliait de dire, à ces mêmes ouailles, que les juifs étaient responsables de la mort de Jésus, voire l’avaient tué eux-mêmes. On enseignait encore cela dans les années 1950, en France. J’en suis la preuve vivante, je suis allé au catéchisme jusqu’à l’âge de 10 ans ! J’y ai appris, aussi, que Jésus marchait sur l’eau et rendait la vue aux aveugles ! (mais pas qu’il redonnait des jambes aux bébés nés sans, pas qu’il séparait les jumeaux siamois, pas qu’il réparait les becs-de-lièvre, etc. Miracles trop compliqués pour un Dieu, je suppose !).

J’ai dans mon entourage beaucoup de chrétiens pratiquants, surtout d’églises évangéliques toutes différentes d’ailleurs. Aucun d’eux ne sait (plutôt ne savait avant que je le lui apprenne) que l’Ancien testament, c’est en fait à 100 % la Bible des juifs. (Faites le test autour de vous !). Mais, tous, sans exception, reconnaissent du bout des lèvres, bien qu’ils disent ne pas être antisémites, que le juif est responsable de la mort de leur seigneur Jésus. (Alors, imaginons un seul instant ce que croyait le peuple allemand, très pieux, sous Adolf Hitler !)

Mais, revenons à nos moutons.

La TOB étant composée en grande partie de la Bible hébraïque, on comprend mieux le silence de l’Église chrétienne face aux nombreuses ressemblances du Coran avec son propre livre. Impossible de crier « Au voleur ! » quand on a soi-même volé le livre d’une autre religion !

Imaginons que, jadis, une secte nommée X vola l’Iliade et l’Odyssée de Homère. Puis, rebaptisa ce chef-d’œuvre de l’antiquité, sous le nom d’Ancien testament. Puis, ajouta un livre quelconque, d’une cinquantaine de pages, qu’elle nomma Nouveau testament. Elle colla le tout et renumérota les pages ! Puis cette ingénieuse secte se contenta d'écrire en gros sur la première de couverture du livre qu’elle venait de former : "L’Iliade et l’Odyssée", livre fondateur de la croyance X. Adieu Homère, passé à la trappe !

Ni vu ni connu dans un monde d’analphabètes ! Le tour de passe-passe était joué, et cela pour plusieurs siècles. C’est ce que la chrétienté a fait avec l’illustre et célèbre livre des juifs : la Bible hébraïque, subrepticement devenue les 3/4 de la Bible des chrétiens !

Jusqu’à l’imprimerie de Gutenberg (en 1455 : publication de la 1ère Sainte Bible dite "à 42 lignes"), l’histoire fabuleuse de l’un des 3 dieux chrétiens, Jésus-Christ, est uniquement orale.

Comment quelqu’un pouvait-il imaginer un tel copié / collé, une telle supercherie ? Sauf les juifs bien sûr !

Mais, bien que sachant cela, comment les Juifs pouvaient-ils prouver que l’histoire racontée par les prêcheurs chrétiens était en fait la leur ? Celle de leurs Patriarches ! Celle que leur Dieu, celui d’Abraham, a révélée à Moïse, leur grand prophète.

Impossible pour les juifs, ils étaient déjà coupables d’avoir tué le Messie ! Ils craignaient le bûcher, l’expulsion ou le ghetto, tels : celui de Genève, de Venise ou un autre !

Si le Coran a eu le respect et l’intelligence de citer de nombreuses fois ses sources bibliques (voir mon article précédent), jamais dans le Nouveau testament, il n’est dit que l’Ancien testament est en fait la Bible des Hébreux, c’est-à-dire des juifs.

Pourquoi l’Église d’aujourd’hui ne dit-elle pas la vérité à ses fidèles ? Ils pourraient comprendre sans pour autant ne plus croire à leur Sauveur, Jésus de Nazareth ! L’Église ment par omission et se soustrait donc à l’un des 10 commandements, de la Bible hébraïque. Ces commandements n’étant pas ceux de Jésus, mais du juif Moïse, on peut comprendre les chrétiens !

Mais, l’Église peut-elle vraiment dire la vérité à ses ouailles, à plus d’un milliard d’individus ?

Comment leur faire avaler la chose, quand durant près de 2 000 ans on leur a raconté que les Hébreux, c’est-à-dire les juifs, étaient responsables de la mort du Christ ? En fait, pour être précis, de la mort du dénommé Emmanuel, l’enfant annoncé par la fameuse Bible hébraïque, dans Isaïe 7-14. On aurait voulu accuser le juif de la rage (du chien) pour mieux le tuer qu’on ne s’y serait pas pris autrement !

Pour la TOB, les faits, éclairés par les connaissances d’aujourd’hui, sont terriblement cruels.

On comprend mieux le silence assourdissant de toutes les églises chrétiennes et principalement de la mère créatrice de tous les dogmes : l’Église catholique, apostolique et romaine, sise au Vatican. Comment montrer du doigt le Coran pour plagiat, alors qu’elle-même a fait beaucoup plus qu’un simple plagiat ? La subtilisation pure et simple de textes fondamentaux, entière propriété d’une autre religion, par ailleurs créatrice d’un Dieu unique !

Pourquoi les Juifs n’ont-ils pas crié durant des siècles et des siècles : Au voleur ! Au voleur ! ils nous ont volé notre Livre, notre Dieu et aussi l'enfant Emmanuel !

La réponse à cette question est peut-être donnée par le fameux Juif errant. Celui qui, pourchassé, voire exterminé, de ville en ville, de pays en pays, depuis que son Livre a changé de mains, a vu l’histoire de sa croyance se résumer en quelques mots, mots désormais devenus chrétiens : Jésus est amour, il est notre Sauveur et, il est bien le fils de Dieu le père. Du Dieu qui a créé les cieux et la Terre, tel que cela est écrit de manière authentique et véridique dans la Genèse 1-1 de la Sainte Bible, la Bible chrétienne. Bible que Dieu nous a révélée, voire même nous a donnée, à nous seuls chrétiens, par l’intermédiaire d’un individu : un nommé Moïse. Juif peut-être, mais qu'importe !

On croit rêver ! Cela est pourtant proche de la vérité, n’est-ce pas ?

Alors, face aux faits maintenant avérés et connus du monde entier, quel théologien aura le courage de répudier toute cette supercherie ?

Difficile, car il sera confronté, comme vous et moi, à un argumentaire que les églises affinent et peaufinent depuis plusieurs siècles. Elles ont une réponse pour tout et en dernier ressort prétendent que « Les voix (ou voies) du Seigneur (est-ce : Jésus, le Saint-Esprit ou Dieu le père ???) sont impénétrables ! »

par P.-A. Teslier pour Agoravox

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Quand on dit : « Bonne année ! », ce n’est pas uniquement pour faire plaisir…