Articles

Affichage des articles du septembre 6, 2016

::+:: « Porter au pinacle »

Image
Des fidèles venant se recueillir pour Shabbat devant le Qotel, le Mur des lamentations, vestige du Temple de Salomon. / François Guenet/Divergence Comme toujours à l’heure de l’office, il y a foule au « Qotel Hamaaravi », le Mur occidental (des Lamentations), ultime vestige de l’antique Temple juif situé en contrebas de l’esplanade des Mosquées, celle du Rocher au dôme plaqué d’or et celle d’Al-Aqsa à la coupole argentée, le troisième lieu saint de l’islam. Il y a deux millénaires, Jésus gravissait les marches sacrées et priait devant ces mêmes pierres de Jérusalem, couleur ocre à l’aube, blanches face à l’azur quand le soleil frappe, et mordorées au soir lorsque le vent du désert vient les lécher. C’est ici, après l’avoir « porté au pinacle », tout en haut du Temple, que Satan met le Christ au défi de se jeter dans le vide puisqu’il est protégé par Dieu, dont il affirme être le fils. Selon les Évangiles de Marc, Matthieu et Luc, cet épisode survient après le baptême d

::+:: Le signe de croix expression biblique

Image
« Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, amen ! » Du front, à la poitrine, à l’épaule gauche, et à l’épaule droite, le signe de croix n’est pas un simple geste de piété automatique, encore moins un réflexe de superstition, il exprime un message symbolique et existentiel venant tout droit de la Tradition biblique. Tout d’abord, bien des siècles avant Jésus, on a l’habitude en terre d’Israël de tracer sur le front un signe de bénédiction divine en forme de + , ancienne graphie du tav, la dernière lettre de l’alphabet hébraïque désignant le T de Torah.  La Torah est bienfaisante dans la vie des hommes. Or, que dit la prophétie messianique d’Ezekiel ? (Ez 9.4-6) : « Passe par le milieu de la ville et marque d’un tav le front des hommes ! » N’oublions pas l’affirmation initiale de Jésus lui-même : « Je ne suis pas venu abolir la Torah, mais l’accomplir » (Mt 5.17). Les premiers disciples de Jésus superposent donc le sens de la mort-résurrection de leur rabb