Articles

Affichage des articles du septembre 2, 2016

::+:: L’Unesco efface 3 000 ans d’histoire judéo-chrétienne à Jérusalem

Image
Reproduction miniature du Temple de Jérusalem tel qu'imaginé par les historiens (Musée de Jérusalem) ©  Juan R. Cuadra L’Unesco avait déjà fait preuve de clairvoyance en octobre 2015 en classant le tombeau des Patriarches Abraham et Sarah, et la Tombe de Rachel parmi les lieux saints exclusifs de l’islam. Dans la résolution 185 EX/15 du 19 novembre 2010, votée en octobre 2015 après de tumultueuses négociations, l’Unesco nomme le Tombeau des Patriarches « Al Haram Al Ibrahimi » et la Tombe de Rachel « Mosquée Bilal bin Rabah », affirme que ces derniers « font partie intégrante des territoires palestiniens occupés » et exige qu’Israël retire ces deux monuments de la liste du patrimoine national israélien. C’est en référence à la présence du Tombeau de Rachel dans la vallée de Judée que nous pouvons lire dans l’Évangile selon saint Matthieu, tristement introduit par le massacre des Innocents, les paroles suivantes : « Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie

::+:: Agnès Gonxha sera la troisième grande sainte catholique à se prénommer Thérèse

Image
La religieuse en visite dans un mouroir qu'elle avait fondé en 1952 à Calcutta. Elle a été béatifiée en 2003 par Jean-Paul II. De bienheureuse, elle accédera au rang de sainte dans une dizaine de jours, par décret du nouveau pape argentin, et pour avoir depuis accompli un miracle reconnu et décisif en guérissant un prêtre d’un calcul à l’urètre, en 2007. Mère Teresa s’était éteinte d’une tumeur à l’estomac 10 ans plus tôt à Kolkata, que les Anglais avaient rebaptisé Calcutta, la cité principale de la partie occidentale de l’Inde, la troisième du pays. Une agglomération tentaculaire, populeuse et miséreuse qu’elle découvrit à ses 19 ans, en fragile petite missionnaire d’une congrégation irlandaise des Sœurs de Lorette. En Irlande, elle avait troqué son prénom albanais Agnès Gonxha (bourgeon) contre celui de Sister Teresa, dans le sillage éblouissant de Thérèse d’Avila, l’Espagnole, et de Thérèse de Lisieux, la Française. C’est en citoyenne de l’Inde qu’elle mourut en 19

::+:: Message du pape François pour la deuxième journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création

Image
Le Pape François lors de la cérémonie ce 1er septembre dans la basilique Saint-Pierre - AFP  1er septembre 2016, message pour la journée de la création Texte original italien (*) La Salle de presse du Saint-Siège a rendu public, le 1er septembre 2016, le message du pape François à l’occasion de la deuxième journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création. C’est en 2015 que le pape a institué cette journée qui coïncide avec celle préalablement établie par le patriarche Bartholomée, le 1er septembre de chaque année. Dans son message, le pape s’est d’abord réjoui du fait que la préoccupation pour l’avenir de la planète est devenue une question œcuménique et même interreligieuse. Ensuite, il a rappelé comment les appels des patriarches Bartholomée et Dimitrios pour une « attention croissante pour l’intégrité de la création » ont suscité à l’échelle mondiale des initiatives entre chrétiens et non-chrétiens afin de promouvoir une « justice environnementale ». Et le pa