Articles

Affichage des articles du mars 15, 2016

::+:: Pape François : «le crucifix est le mystère de l'annihilation de Dieu, par amour»

Image
Si nous voulons connaître l’histoire «l’histoire d’amour» que Dieu a pour nous il faut regarder le Crucifix, sur lequel il y a un Dieu qui s’est «vidé de la divinité», s’est «sali» du péché justement pour sauver les hommes. Le Pape François l’a affirmé lors de l’homélie de la messe matinale célébrée ce mardi 15 mars 2016 à la Maison Sainte-Marthe.
L’histoire du salut racontée dans la Bible est liée à un animal, le premier à être nommé dans la Genèse et le dernier à l’être dans l’Apocalypse : le serpent. Un animal, dans l’Écriture, est un symbole puissant de damnation, mais aussi, mystérieusement, a affirmé le Pape, de rédemption.
Pour l’expliquer, le Pape François a cité la Lecture tirée du Livre des Nombres, et l’extrait de l’Évangile de Jean. La première contient le célèbre passage du peuple d’Israël qui, fatigué d’errer dans le désert avec peu de nourriture, se met en colère contre Dieu et contre Moïse. Les serpents apparaissent à deux reprises. Les premiers, envoyés par le ciel cont…

::+:: Affaires de pédophilie à Lyon : "Le pape a la possibilité de démettre le cardinal Barbarin de ses fonctions" (C. Terras)

Image
Alors que le Premier ministre Manuel Valls a demandé mardi au cardinal Philippe Barbarin de prendre ses responsabilités après sa mise en cause par une association de victimes pour non-dénonciation à la justice des agissements passés de prêtres pédophiles, Christrian Terras, fondateur et rédacteur en chef des magazines catholiques Golias et Golias Hebdo, pointe, sur France Info, le "manque de discernement, manque de jugement du cardinal Barbarin sur ces affaires de pédophilie, totalement confondantes et révélatrices de l'Eglise catholique en la matière et qui ne fait pas évoluer les choses sur le terrain par rapport à ce que demande le pape François sur la tolérance zéro."

"L'Eglise catholique agit en réaction et non pas en prévention, estime Christian Terras. Il y a une espèce de raison d'Eglise, qui fonctionne comme la raison d'Etat. La protection du prêtre est supérieure à la protection des victimes. On protège l'institution et on ne dénonce pas les…