Articles

Affichage des articles du février 8, 2016

::+:: Lacordaire et la liberté chrétienne

Image
Dans la France des années 1830, la pratique religieuse était certes beaucoup plus massive qu’aujourd’hui mais elle se ressentait encore du choc de la déchristianisation révolutionnaire. Napoléon avait rétabli le maillage des paroisses afin de restaurer l’ordre et la paix mais l’opinion éclairée, surtout chez les hommes, restait convaincue que le fait religieux, soumis à une érosion régulière, était appelé à disparaître.


Et voilà qu’une phalange de catholiques se lève, qui fait revenir la religion dans l’arène. Lacordaire en porte la bannière.C’est d’abord un prédicateur : il court la France en malle-poste, en diligence, bientôt en train, rassemble des publics nouveaux d’une ville à l’autre. C’est en habit dominicain qu’il prêche du haut de la chaire et qu’il marche dans la rue : à la fin de ces années 1830, il a refondé la branche masculine du vieil ordre mendiant déchu. Pour lui, la moitié de la force du catholicisme vient des couvents : il faut pouvoir en créer autant que de besoin.…

::+:: A 100 ans, l’Eglise scientiste se redimensionne faute de fidèles

Image
Denise Melchner dit avoir eu conscience de sa première «guérison» alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. «L’école m’avait renvoyée à la maison car j’avais la varicelle. Maman a alors prié pour moi. Le lendemain, j’étais guérie.» Membre de l’Eglise du Christ scientiste de Lausanne, cette retraitée croit à la guérison spirituelle, élément central de la doctrine de ce mouvement religieux né aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle. Peu connue ici, la communauté des scientistes chrétiens, à ne pas confondre avec les scientologues, fête cette année le centenaire de son implantation dans la capitale vaudoise. Elle bénéficie en Suisse du principe de la liberté de croyance. 
Confrontée comme d’autres Eglises à la baisse du nombre de fidèles, l’Eglise du Christ scientiste de Lausanne cherche à rationaliser ses dépenses. Son objectif: revendre l’édifice qu’elle s’est construit à l’avenue Sainte-Luce, près du Conservatoire, en 1952. A cette époque, les 400 places de la salle de culte trouvaien…

::+:: LES CONSEILS DE DIEU (2)

Image
Comment apprendre à être guidé par le Seigneur ? De trois façons : 1)par la prière. Thomas Kelly a écrit : « Il existe un moyen d’élever considérablement votre niveau de pensée. En temps normal on réfléchit, on débat, on observe, mais au niveau supérieur, on peut prier, et obtenir une parfaite connexion aux aspirations du divin ». 2) par l’obéissance. À quoi servent les conseils de Dieu si vous n’êtes pas prêt à les suivre ?Et pourquoi ne pas avoir appliqué toutes ces leçons déjà apprises dans la Bible ? Frank Laubach, qui a passé sa vie à l’écoute de Dieu, a écrit : « J’ai toujours vécu en étant parfaitement déterminé à trouver la volonté de Dieu, à faire cette volonté quand chaque fibre de mon corps le refusait, et gagner la bataille contre mes pensées. C’est comme si on avait creusé un profond puits dans mon âme. La richesse, la gloire, la misère, l’adversité, cela ne change rien, car tout sera pareillement oublié dans mille ans, mais l’esprit qui s’impose à une pensée en constant …

::+:: Le dogme, cancer de l’Eglise catholique

Image
L’Eglise catholique est malade, gravement. C’est un cancer qui la ronge. Ce cancer c’est le dogme.Le dogme, pour celui qui le professe, c’est une certitude. La certitude de posséder la vérité, ou au moins un morceau de celle-ci. Un dogme cela ne se discute pas. Avant sa proclamation, peut-être, après plus jamais. Cela s’accepte ou se rejette. Quand un groupe d’êtres humains se lance dans la pratique du dogme, il se prépare à se séparer de beaucoup d’autres êtres humains qui, pour diverses raisons, ne s’y soumettent pas. Le dogme entraîne l’exclusion. Le dogme se multiplie aussi. Un dogme en entraîne d’autres presque à l’infini, comme des ganglions. Le grand tort de l’Eglise catholique, c’est de ne pas s’être méfiée du dogme.
Trois siècles sans dogme
L’Eglise du Christ et des apôtres a vécu presque trois siècles sans dogme. Le Nouveau Testament, l’Evangile, suffisait semble-t-il. Même si les premières déclarations dogmatiques ont été faites au cours du premier concile œcuménique à Nicée …