Articles

Affichage des articles du janvier 3, 2016

::+:: Un libraire tourangeau tente le pari de l’édition religieuse

Image
Dans le centre-ville de Tours (Indre-et-Loire), derrière l’église Saint-Étienne de la place Michelet, Jean-Marc Paing s’affaire à empiler des livres. Cet ancien commercial a ouvert une librairie religieuse au printemps, quelques mois après la fermeture – pour raisons financières – d’un magasin à l’enseigne de La Procure.
COMBLER L’ABSENCE DE LIBRAIRIE CATHOLIQUE « Avec Isabelle Guicheteau, qui travaillait à la Procure, nous sommes allés très vite pour combler l’absence de librairie catholique à Tours et éviter que les lecteurs prennent d’autres habitudes d’achat sur Internet ou dans les grandes enseignes », explique ce quinquagénaire.
Créateur il y a quelque temps du sitewww.objet-religieux.fr, il l’a récemment revendu pour investir en parallèle dans la petite maison d’édition du Sacré-Cœur. Pour se différencier, il s’est engouffré dans une niche très spécialisée avec la volonté de privilégier la publication d’ouvrages de témoignages et de spiritualité.
PRIVILÉGIER LES TÉMOIGNAGESL’idée …

::+:: Vatileaks 2 : "J'aurai dû tout raconter au pape François"

Image
Le pape François avait confiance en Francesca Chaouqui.A la surprise générale, il avait même bombardé la jeune femme, en 2103, membre de la COSEA (la commission d'enquête sur les finances vaticanes), censée mettre de l'ordre dans un système opaque qui voyait par exemple la banque du Saint Siège, l'IOR, se lancer dans des opérations de recyclage, d'insider trading, de manipulation des marchés et de spéculation immobilière.

Et puis, au printemps 2014, Francesca Chaouqui a perdu la confiance du souverain pontife et avec elle tous ses pouvoirs. Entre temps, la presse avait révélé le style de vie luxueux de certains "pourprés" du Vatican, dont Chaouqui était devenue la "public relation". Symbole de ces dérives : cette réception avec bénédiction des invités organisée sur une terrasse face à l'église Saint-Pierre, tandis qu'à leurs pieds se pressaient des dizaines de milliers de pèlerins venus fêter la sanctification de Jean Paul II.
Chaouqui / Vald…

::+:: Face à "l'idole Argent", la révolution du Pape François

Image
Si la voix du pape François rejoint des millions d’auditeurs au-delà des populations catholiques, c’est qu’il parle – avec les mots de tout le monde – d’une réalité que tout le monde subit : l’emprise de la société de marché sur la vie quotidienne ; et notamment le « consumérisme obsessionnel », que François définit comme le « reflet subjectif » du système marchand : autrement dit, le formatage de nos comportements.
« Le marché tend à créer un mécanisme consumériste compulsif pour placer ses produits », écrit François au paragraphe 203 de Laudato Si’. Ce mécanisme, dit-il, consiste à « submerger » les individus « dans une spirale d’achats et de dépenses inutiles ». Plus le coeur de la personne sera « vide », plus elle aura « besoin d’objets à acheter, à posséder et à consommer » : le système vide nos coeurs de tout ce qui n’est pas désir d’achat, fétichisme d’objets toujours plus « technologiques », conçus pour être toujours jetés, toujours remplacés, à un rythme de plus en plus rapid…