::+:: Un surprenant dallage de basalte découvert sur le site gaulois de Gergovie

3000 m2 de dallage de basalte ont été mis au jour sur le site gaulois de Gergovie. Une découverte unique. Credit: Peter Jud
Par Belenos ! Des Gaulois ou des Romains ?... C’est sous un soleil de plomb qu’un impressionnant dallage de basalte noir a été découvert cet été sur le plateau de Gergovie (Puy-de-Dôme), le célèbre site arverne sur les remparts duquel s’échouèrent les légions romaines de César, repoussées par les peuples gaulois rassemblés sous l’égide de Vercingétorix, en 52 avant notre ère. Victoire qui devait précéder de peu la défaite d’Alésia. Long de 120 m sur 25 m de large, le monumental appareillage de pierres confirme les imposantes dimensions que devait posséder cet oppidum* (ville) cité dans Les Commentaires sur la guerre des Gaules* (De bello gallico) de César.

Une partie du dallage monumental mis au jour sur le site de Gergovie, fin août 2016. Crédit: Peter Jud

"En 2015, après la mise au jour au sein des remparts de Gergovie, d’une porte principale large de 7 m, à laquelle étaient associés les vestiges d’une tour carré de 5 m de côté, les fouilles de 2016 viennent de s’achever sur le dégagement d’une place pavée de près de 3000 m2 de superficie !", se réjouit Peter Jud, l’archéologue suisse responsable des fouilles. "Du jamais vu dans le monde gaulois. Sans doute le cœur de Gergovie", s’enthousiasme le chercheur, encore surpris par l’ampleur des trouvailles.

C’est en partant de la porte de la ville en direction du centre du plateau qu’une voie dallée de blocs de basalte a d’abord pu être dégagée sur une trentaine de mètres avant qu’à 200 mètres de l’entrée, sous les truelles et pinceaux d’une trentaine de bénévoles, n’apparaissent les énormes dalles de basalte d’une vaste place : "Un centre aménagé inconnu, qui constitue une découverte unique en France." "Sous réserve de datations plus précises, la porte de Gergovie date des années 60 avant notre ère, et la place pavée, de La Guerre des Gaules, soit une période située entre 60 et 40 avant notre ère", ajoute Peter Jud.

Une agglomération gauloise qui ne fait toutefois pas l’unanimité

"Si les remarquables aménagements découverts cette année sont inconnus de l’époque gauloise, c’est précisément parce que cette ville gauloise que l’on recherche depuis plus d’un siècle… ne l’est peut-être pas", se risque Matthieu Poux, professeur d’archéologie à l’université Lyon-II, directeur du laboratoire ARAR-UMRS 5138 de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Il existe en effet quelques points de discussions entre les spécialistes autour du site emblématique.

OPPIDUM. À partir du IIe siècle avant notre ère, est apparu un nouveau type d’habitat : les oppida (oppidum, au singulier). Ce terme désigne des centres importants, et des habitats regroupés. Ce phénomène d’urbanisation concernera la majorité des régions considérées comme celtiques. Il s’agissait avant tout de centres à vocation économique et religieuse occupant des positions clefs dans le territoire. Dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules, César parlait d’oppida (villes), de vici (villages) et d’aedificia, pour les habitats isolés..

Vue aérienne du plateau de Gergovie, dans le Puy-de-Dôme, où s'affrontèrent les armées de Vercingétorix et les Légions de César, en 52 avant notre ère. Crédit: Office du Tourisme d'Auvergne

"À Gergovie, toute la question demeure désormais de savoir si l’on se trouve dans une ville de la première moitié du Iersiècle avant notre ère – soit une ville gauloise –, ou bien dans une cité datant de la seconde moitié – c’est-à-dire, une ville romaine postérieure à la fameuse bataille de 52, alors peuplée par des élites gauloises romanisées et des Romains. Il reste en effet à prouver que les dallages de basalte récemment mis au jour sont contemporains des remparts où se sont affrontés Gaulois et Romains, et qu’il ne s’agit pas d’installations ultérieures, non gauloises. Les fouilles actuellement menées à Gergovie sont donc d’une importance majeure pour répondre à ces questions", précise Matthieu Poux, responsable des fouilles archéologiques de Corent, important oppidum gaulois fondé par les Arvernes, et situé à 7 km de Gergovie.

Occupée jusqu’à l’époque du changement d’ère, c’est-à-dire entre 10 avant notre ère et 10 après notre ère, Gergovie semble avoir été abandonnée, puis déplacée dans la plaine, à 5 km de là, où elle est devenue la ville gallo-romaine d’Augustonemetum, la future Clermont-Ferrand. Achevées le 2 septembre 2016, les fouilles archéologiques de Gergovie devraient reprendre au cours de l’été prochain, et sans doute révéler de nouvelles surprises.

——————————

La Guerre des Gaules (58-51) 

La statue de Vercingétorix, le chef Arverne, dans la ville de Clermont-Ferrand(Puy-de-Dôme)
César est intervenu en Gaule à partir de 58 avant notre ère. En raison des divisions existant entre les peuples gaulois, il avancera tout en ayant à affronter une révolte de grande ampleur menée par un jeune noble arverne, Vercingétorix. De nombreux peuples de la Celtique se sont en effet ligués contre Rome et ralliés à lui. Utilisant une stratégie nouvelle de type guérilla, les gaulois vont mettre en danger César et ses légions. Après le grand succès de Vercingétorix à Gergovie, le chef arverne devra pourtant capituler au terme du siège mis par César devant Alésia, en septembre 52 avant notre ère.
Par Bernadette Arnaud - Sciences et Avenir.

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?