::+:: Les fondations légendaires de la civilisation chinoise : Préface

Un visiteur regarde d'anciennes calligraphies chinoises au Palais Wuying de la Cité Interdite le 27 août 2005 à Pékin en Chine. (China Photos/Getty Images)
À travers une série d’articles, Epoch Times revient sur les fondations de la civilisation chinoise, exposant la vision du monde dans la Chine traditionnelle. Cette série suivra le déroulement de l’histoire chinoise, en montrant comment des figures clés ont aidé à la création de la culture chinoise, de ces arts et coutumes inspirés par le divin.

Dans les temps anciens, les Chinois appelaient leur pays Shen Zhou – la terre du divin.

Des légendes racontent comment le Créateur a formé les Trois Mondes – le Ciel, la Terre et le monde souterrain – et a donné vie à de nombreux êtres. Les dieux ont mis de l’ordre dans l’univers pour permettre aux êtres humains de survivre et de prospérer. Ils ont transmis à l’humanité la civilisation et la culture, aussi bien que la régulation morale.

Par la suite, différents dieux et bouddhas sont descendus dans le monde humain sur l’ordre du Créateur pour répandre la Loi de Bouddha et une culture propre à la « cultivation ». À travers la « cultivation » du cœur et de l’esprit, les êtres humains auront plus tard la chance de pouvoir retourner à leurs origines célestes.

Le Ciel et la Terre ont été créés par le dieu Pan Gu, en divisant en deux le chaos primordial. Sur cette base, les autres dieux ont créé l’humanité à leur image. Des légendes chinoises rapportent comment la déesse Nüwa a modelé les humains avec de l’argile en utilisant sa propre silhouette comme modèle – au même titre que la Bible dit que l’homme est une création de Dieu. Différentes légendes de différentes cultures à travers le monde racontent comment les peuples de toutes les races ont été créés de cette façon, tandis que les dieux raffinaient le jeune monde.

Pan Gu sépare le Ciel et la Terre. (Leo Timm/Epoch Times)
Au commencement, la nature était sauvage et tumultueuse. Des vents violents et des éclairs frappaient la Terre, sur laquelle il ne neigeait ou ne pleuvait jamais. Au cours des ères, les dieux ont modéré et rectifié les forces naturelles chaotiques, préparant la Terre pour la vie civilisée.

Les accomplissements des souverains célestes

L’homme primitif était ignorant et ne comprenait pas son environnement. Il n’avait pas la capacité de s’organiser avec la nature ou avec ses voisins. Pourtant, les dieux veillaient sur les humains et leur ont appris comment travailler et prospérer. Ils ont enrichi la pensée humaine et ont donné à l’homme l’indépendance.

Les dieux ont appris à l’homme à vivre en tribu, à maîtriser le feu et à se protéger lui-même des éléments. Des légendes chinoises rapportent les accomplissements des souverains célestes qui ont posé les fondations des civilisations humaines.


Fu Xi a apporté l’ordre dans l’univers et a créé les deux forces du yin et du yang suite à un déluge qui a dévasté la Terre. Il a laissé derrière lui les Huit Trigrammes pour que les gens du futur les utilisent pour la divination. Shen Nong, le Fermier divin, a appris aux gens comment travailler la terre, planter des graines et échanger des biens. Il a aussi laissé derrière lui un savoir inestimable sur les plantes médicinales.
Fu Xi crée les Huit Trigrammes et la dualité du Yin et du Yang. (Leo Timm/Epoch Times)

Le règne de l’empereur Xuanyuan, aussi connu comme l’Empereur jaune, est vu comme l’aube de la civilisation chinoise il y a 5 000 ans. Ce monarque a unifié les anciennes tribus et a consolidé l’autorité de l’Empire à travers ses accomplissements civils et militaires. Il a établi de nombreux postes gouvernementaux, formulé des lois et des décrets et a donné une structure à la société humaine en suivant le Tao ou la Voie.

Sous le règne de l’Empereur jaune, l’érudit Cangjie a créé l’écriture chinoise. La prononciation et l’apparence des milliers de caractères correspond aux motifs célestes et ont donc été utilisés par les oracles qui les inscrivaient sur des os d’animaux pour la divination.

D’autres intellectuels, sous la direction de l’empereur, ont inventé les Tiges célestes et les Branches terrestres, un système de symboles astrologiques qui régule les cycles du temps, la direction, les saisons et les cinq Éléments. Ils ont fait des avancées en ingénierie, en médecine, en musique et ont développé le calendrier luni-solaire.

Tempérer et instruire l’humanité

Des légendes rapportent que, en tant que pratiquant taoïste, l’Empereur jaune a atteint l’éveil et a monté un dragon qui l’amena dans les cieux. Le monarque a créé une culture basée sur la « cultivation », par laquelle les êtres humains peuvent retourner à l’origine et devenir des êtres divins.

Au fil du temps, l’humanité s’est distancée des dieux. Par commodité d’administration, le souverain légendaire Zhuanxu a coupé les liens entre les cieux et le monde des mortels.

Qin Shi Huang, le premier empereur historique de Chine, a centralisé le pouvoir impérial en un système gouvernemental qui dura plus de deux mille ans. À la suite du règne de Qin, l’empereur Wu de la dynastie Han a officialisé les enseignements de Confucius comme idéologie d’État.

Les 5 000 ans de culture inspirée par le divin ont été le processus par lequel les dieux ont tempéré et instruit l’humanité. Au fil des différentes dynasties, différents êtres divins sont descendus sur Terre pour former des liens karmiques avec le Créateur.

Version originale : Legendary Foundations of Chinese Civilization : Preface
de Léo Timm - Epoch Times

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?