::+:: Qui sont les catholiques athées ?

© Alain Robert/Aperçu/SIPA
La douceur des vacances – ce pas de côté – vous invite au calme. Profitons-en. Essayons de comprendre au lieu de nous abandonner à la seule indignation. C’est pourtant cette dernière qui d’abord m’habita en découvrant début août les diatribes de l’extrême droite contre le pape. De Marion Maréchal-Le Pen à Marine Le Pen, en passant par Robert Ménard ou Gilbert Collard, tous ont invectivé le pape François – et sur quel ton ! –, coupable d’avoir observé que dans « presque toutes les religions » il y avait des fondamentalistes. « Et nous en avons aussi », osa-t‑il ajouter dans l’avion qui le ramenait de Cracovie !

Quoi ? Mettre sur le même plan les barbares musulmans et les chrétiens ou les juifs ! Sur les réseaux sociaux, c’est une haine toute nue qui s’exprima aussitôt, avec des hashtags injurieux du genre #GrosCon et ou #PasMonPape. Un détail trahit l’inculture de nos justiciers. La diatribe de Robert Ménard, qui comparait le pape à ces « bobos des beaux quartiers », fut publiée sur le site Boulevard Voltaire. De quoi rire ! Ménard, volontiers donneur de leçons en matière de défense de la chrétienté, a peut-être oublié que ­Voltaire n’a cessé de dénoncer le fanatisme dans toutes les religions.

En réalité, on voit réapparaître au cœur de l’extrême droite française un courant de pensée qu’il faut bien qualifier de catholicisme athée. L’expression se réfère à une formule de Charles Maurras, fondateur de l’Action française : « Je suis athée, mais catholique. » Maurras voulait dire par là que le message évangélique ne l’intéressait pas, mais qu’il voyait dans l’Église une institution garante de l’ordre social.

Dans les années 1920, Mussolini, créateur du fascisme italien, déclarait lui aussi qu’il respectait dans l’Église « la plus grande force conservatrice de l’histoire ». En gros, non au christianisme, mais oui à l’Église ; non à l’Évangile, mais oui à ce que Bernanos appelait « l’esprit clérical ». Je ne cite pas ce dernier par hasard. Et pas seulement parce que j’ai fait de la relecture de son œuvre dite de combat mon devoir de vacances, mais parce que ce grand chrétien, après sa rupture avec ­Maurras, ne cessa de combattre ce cléricalisme conservateur et belliqueux. 

Il a vu les évêques espagnols bénir les soudards franquistes pendant la guerre d’Espagne. Dans les Grands Cimetières sous la lune, il dira magnifi­quement son refus douloureux de ce catholicisme. Entre 1938 et 1945, alors que ­Bernanos et les siens séjournent au Brésil, il revient à plusieurs reprises sur la médiocrité de cet « esprit clérical », qui en mettant l’ordre social en avant devient « le sournois intermédiaire du mauvais riche ».

Nos compatriotes, sans le savoir, reprennent aujourd’hui à leur compte le catholicisme athée de Maurras. Ils se montrent aussi peu concernés que lui par le message évangélique. L’ironie cinglante de Bernanos, par-dessus les décennies, leur est donc adressée. Dans Scandale de la vérité (1939), voici ce qu’il dit de ces chrétiens peu évangéliques : « Ils croiraient volontiers que le Christ est mort uniquement pour la sécurité des propriétaires, le prestige de tous les hauts fonctionnaires et la stabilité des gouvernements. » Soixante-dix-sept ans après, voilà qui nous parle…

Jean-Claude GUILLEBAUD, Journaliste, Écrivain et Essayiste pour le journal LA VIE


Commentaires

  1. D’abord faudrait—il s’entendre sur ce qu’est « l’extrême droite » dont peu ou prou d’ailleurs s’en revendiquent… !
    D’autre part, que l’on soit d’accord ou pas sur la forme ou le fond, des propos des caciques de l‘opposition à l’islamophilie ambiante, à la démission qui règne en France et en Europe n’est en vérité que de peu d’importance. Ce sont, sans justifier en quoi que ce soit leurs outrances, sans même m’exprimer sur le fond, des patriotes au sens noble du terme, chacun à sa façon et parfois plus que maladroitement j’en conviens.
    L’église Catholique entre autre, a su, par l’excellence de sa formation dispensée, s’entourer d’un encadrement d’une qualité humaine, intellectuelle, et évidemment théologique assez exceptionnelle. J’ai pu, à mon humble niveau, constater combien, de l’évêque au simple curé de campagne, ces hommes étaient dignes de la parole de Dieu, faisaient honneur au sacerdoce, à cette vocation qu’ils ont embrassés. Ce qui ne fut pas toujours le cas dans son histoire. Et parmi ces hommes d’une grande qualité, à mots mesurés bien sûr, prudemment, sans véritablement et clairement l’exprimer, en comprenant «entre les mots », les silences aussi, ne sont pas vraiment non plus en accord avec les propos de sa Sainteté le Pape.
    Faut-il pour cela les bannir ? Les « anathèmiser » ? Je suis peut-être mauvais Catholique mais je ne suis pas mauvais Chrétien. Je ne crois pas en l’infaillibilité du premier évêque des Catholiques.
    Il reste, pour moi, un homme avec ses immenses qualités et ses erreurs de jugements, ses faiblesses d’hommes, bref, ce qui le fait « humain ». Accoler des étiquètes telles que : « Catholique Athée », identifier sa signification puis son existence et enfin les répercutions, l’impact que cela peut avoir sur la société dans une petite partie de la population et sur la société a peut-être son utilité mais j’ai l’impression que vous l’utilisez pour « taper » sur ceux, « Catholique compris » (Et peu importe l’étiquette que vous leur accolerai) qui ne sont pas d’accord avec les propos de sa Sainteté le Pape.
    Je peux me tromper, mais c’est en tout cas ce que je perçois de votre billet.
    Encourager la rechristianisassion, non seulement de la France mais aussi d’une bonne partie de l’Europe est une évidence. Et beaucoup dans l’Eglise s’y emploi avec énormément de ferveur, de dévouement. Qu’ils en soient bénis!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Le mur des réformateurs - Heinrich Bullinger (1504-1575)

::+:: Le Frère Élie (stigmatisé-Italie) *Une mission dans le sillage du Padre Pio*& Deux expériences vécues en 2010*

::+:: Les Vamps - La prière