::+:: Le pape canonisera deux Français le 16 octobre


Deux Français, Salomon Leclercq (1745-1792) et Élisabeth de la Trinité (1880-1906) seront canonisés le dimanche 16 octobre prochain, ainsi que deux Italiens et un Espagnol. Le pape François l’a décrété au cours d’un consistoire (réunion des cardinaux présents à Rome) qu’il a présidé ce 20 juin au Vatican. Ces nouvelles canonisations s’ajoutent à deux autres déjà fixées à cette date.
Le pape avait autorisé le 9 mai dernier la canonisation de Salomon Leclercq, Boulonnais qui fut Frère des écoles chrétiennes et martyr à Paris, à la prison des Carmes, pendant la Révolution française. Pie XI l’avait béatifié avec d’autres « martyrs des Carmes » en 1926, soit il y a 90 ans.


Autre sainte, Élisabeth de la Trinité (1880-1906) fut une carmélite de Dijon presque contemporaine de sainte Thérèse de Lisieux. Elle avait été béatifiée à Rome par Jean-Paul II en 1984. En mars dernier, le pape François avait autorisé la publication d’un décret reconnaissant un miracle dû à son intercession.

Représentation française

Reste à savoir qui représentera le gouvernement français à ces canonisations alors que la figure de Salomon Leclercq rappelle la face la plus sombre de la période révolutionnaire. Il est tradition en France que le ministre des affaires étrangères ou de l’intérieur participe place Saint-Pierre à une telle célébration. Celle-ci se déroulera de surcroît à un moment où les relations entre la France et le Saint-Siège ont retrouvé leur cours normal et à une période pré-électorale dans l’Hexagone.

En même temps que la canonisation de ces deux religieux, trois autres noms seront inscrits au livre des saints le 16 octobre. Notamment un autre martyr, contemporain de Salomon Leclercq, Ludovico Pavoni, (1784-1849), prêtre fondateur des Fils de Marie immaculée.

Deux autres contemporains d’Élisabeth de la Trinité seront aussi canonisés : le prêtre italien Alfonso Maria Fusco (1839-1910), fondateur des Sœurs de saint Jean-Baptiste et l’évêque espagnol Manuel Gonzales Garcia (1877-1940), surnommé « l’apôtre de l’eucharistie », qui fonda les Missionnaires eucharistiques de Nazareth.

Sud-Américains

Ces canonisations européennes s’ajoutent à deux autres prévues ce 16 octobre lors d’un précédent consistoire le 15 mars denier : José Sánchez del Río (1913-1928), jeune Cristero mexicain fut tué à l’âge de 14 ans pour n’avoir pas voulu renier sa foi catholique, et José Gabriele del Rosario Brochero (1840-1914), prêtre argentin de Cordoba – ville où travailla plusieurs années Jorge Bergoglio – connu pour avoir parcouru des kilomètres à dos de mule pour se faire proche de tous.

Auparavant, le 4 septembre, le pape François présidera une canonisation qui devrait avoir un retentissement mondial, celle de Mère Teresa de Calcutta.

Sébastien Maillard (à Rome) pour le journal La Croix

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?