::+:: Chrétiens d’Orient : le pape « n’aime pas » le mot de génocide


Visitant le collège universitaire Villa Nazareth à Rome, samedi 18 juin 2016 en fin d’après-midi, le pape François a évoqué le martyre chrétien, confiant qu’il n’aimait pas qu’on parle de ‘génocide’ des chrétiens au Moyen-Orient.

« En vérité, a-t-il expliqué, il s’agit d’une persécution qui conduit les chrétiens à la fidélité, à la cohérence de leur propre foi. Ne faisons pas de réductionnisme sociologique du mystère de la foi, du martyre. »


Se souvenant des chrétiens coptes égyptiens égorgés sur une plage de Libye par les terroristes de Daech en février 2015, le pape les a qualifiés de « docteurs de cohérence chrétienne et de vrais témoins de la foi ».

Rigidité mathématique

Fondée il y a 70 ans par le cardinal Domenico Tardini, qui fut secrétaire d’État de Jean XXIII, l’institut Villa Nazareth accueille à titre gratuit des étudiants au parcours scolaire exemplaire, dont les parents ne peuvent financer leurs études.

La visite a commencé par une catéchèse dans la chapelle. Commentant la parabole du Bon Samaritain, le pape François a encouragé la Villa Nazareth à rester avant tout une maison de témoignage. Il a aussi souhaité « que le Seigneur nous libère de ces prêtres pressés qui n’ont pas le temps d’écouter, de voir (…) et des docteurs de la loi qui veulent présenter la foi de Jésus avec une rigidité mathématique ».


Il a aussi encouragé les membres de la Villa Nazareth à former des disciples car il n’y a pas de dirigeants éternels.

Tentation de la paralysie

Puis sur le terrain de sport de l’institut, devant près de 1 300 personnes – étudiants, anciens élèves et leurs familles –, le pape François s’est livré au jeu de questions-réponses avec ses hôtes. Les sujets évoqués étaient des plus divers : le risque, le martyre chrétien, la crise de la foi, la famille, les fiançailles, les personnes âgées, le travail-esclave, etc.

Sur une estrade et sous une chaleur écrasante, il a répondu à sept questions d’étudiants ou bénévoles de la Villa Nazareth. Il a ainsi encouragé une jeune fille à prendre des risques : « Si tu ne prends pas de risques, tu ne chemines pas (…). Risque sur des idéaux nobles, en te salissant les mains, comme a risqué le Bon Samaritain. Quand nous sommes dans une vie tranquille, il y a la tentation de la paralysie, d’avoir une vie ‘rangée’, pour reprendre tes mots ».

L’accueil est une croix

Le pape François a également confié avoir eu, tout au long de sa vie et même en tant que pape, de véritables crises de sa propre foi ou des doutes. « Un chrétien qui n’a jamais ressenti cela (…) il lui manque quelque chose », a-t-il estimé, invitant à prier pour avoir la patience d’aller de l’avant et que la crise passe.

Enfin, interrogé sur la notion d’accueil, il a encouragé l’apostolat de l’écoute et à rouvrir les portes des églises fermées. Avec ce trait d’humour : « Jésus a dit : ‘celui qui veut marcher derrière moi, qu’il prenne sa croix, il n’a pas dit : ‘qu’il prenne de la morphine et s’endorme ! L’accueil est une croix ! ».


A-B. H. (avec i.media) pour le journal La Croix

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?