::+:: Une stèle étrusque gravée découverte en Italie

Une dalle recouverte d’un long texte en étrusque a été mise au jour dans les fondations d’un temple vieux de 2500 ans, en Toscane. Une aubaine pour les archéologues, qui peinent à avoir une connaissance globale de cette langue antique.



ANTIQUITÉ. “C’est une trouvaille unique !” Gregory Warden, l’un des codirecteurs du projet du Mugello Valley Archaeological Project, ne cache pas son enthousiasme. L’archéologue émérite de l’Université méthodiste du Sud à Dallas (États-Unis) vient en effet d’exhumer une exceptionnelle stèle étrusque datée du VIe siècle avant notre ère sur le site de Poggio Colla, au nord-est de Florence, en Toscane (Italie). Cette dalle de grès de plus d’un mètre de long présente un texte gravé de plus de 70 caractères étrusques, cette langue utilisée dans l’Antiquité par les habitants de la Toscane, au nord de la péninsule. Retrouvée dans les soubassements d’un temple monumental où elle était enterrée depuis 2.500 ans, ces précieuses lignes gravées dans la pierre pourraient même constituer un véritable trésor puisqu’il pourrait s’agir d’un écrit religieux. Une mine pour les spécialistes de cette langue perdue, plutôt habitués à de courtes formules funéraires essentiellement issus des nécropoles !

Stèle étrusque vieille de 2500 ans, gravée d'un texte de 79 caractères, retrouvée noyée dans les fondations d'un sanctuaire sur le site de Poggio Colla, en Toscane. © Mugello Valley Archaeological Project. 

Les Étrusques, qui écrivaient depuis le VIIe siècle avant notre ère, avaient adopté un alphabet grec modifié, utilisé par leurs voisins des colonies de Cumes et de l’île d’Ischia, dans le sud de l’Italie. Sachant lire le grec, la plupart des épigraphistes contemporains sont à même de comprendre les brèves dédicaces identifiées à ce jour : “Tel objet est la propriété d’untel..”, “J’appartiens à…”, etc. Toutefois, les spécialistes n’ont pas la connaissance globale de cette langue et n’en possède pas tout le vocabulaire ni la grammaire. “Grâce à cette stèle, nous espérons faire des incursions dans le langage étrusque, ajoute Gregory Warden. Peut-être que cette longue inscription contiendra de nouveaux mots.” Les archéologues escomptent surtout que le texte révèlera le nom du dieu ou de la divinité étrusque vénérée dans le sanctuaire, de quoi faire avancer leurs connaissances concernant les pratiques spirituelles de ce peuple.

La stèle étrusque de Poggio Colla rapportée dans les laboratoires de la surintendance archéologique de Toscane, à Florence (Italie). © Mugello Valley Archaeological Project

Les inscriptions retrouvées sur des matériaux permanents ne sont pas fréquentes concernant les Étrusques. Parmi les plus fameuses se trouvent les tablettes de Pyrgi, des plaquettes en or où figure une citation en punique et étrusque. Les Étrusques utilisaient surtout des supports périssables comme des tablettes de cire ou des livres en tissu de lin qu’ils pliaient comme des draps. Ces ouvrages sur tissu, dont les chercheurs n’ont compris que récemment la réelle signification, sont représentés sur certains sarcophages. Pour l’heure, la remarquable stèle de Poggio Colla sera entièrement documentée et restaurée dans les laboratoires de la surintendance archéologique de Toscane, à Florence. Plusieurs mois seront nécessaires pour la traduction du texte gravé.

L’une des civilisations les plus brillantes de l’Antiquité

Peuple longtemps décrit comme mystérieux, les Étrusques ont bâti en Italie, bien avant les Romains, l'une des civilisations les plus brillantes et raffinées de toute l'Antiquité. Apparus aux environs du IXe siècle avant notre ère, ils dominèrent la moitié de la péninsule pendant près de cinq siècles. Défaits par Rome au IVe siècle avant notre ère, ils s’assimilèrent peu à peu à sa civilisation et devinrent citoyens de l’Empire en 90 de notre ère. C'est grâce aux nombreux tombeaux richement décorés trouvés à Cerveteri ou Tarquinia en Étrurie — région comprise entre l'Arno et le Tibre, qui correspond aujourd'hui à la moitié de la Toscane — , que l’on a appris à les connaître.
Par Bernadette Arnaud pour Sciences et Avenir

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?