::+:: Jean Duchesne: le catholicisme ne peut pas être minoritaire

Jean Duchesne, historien
Que devient le message du Christ si les catholiques se replient sur eux-mêmes? "Catholique" signifie "universel", rappelle Jean Duchesne, invité de Christophe Henning.




Tête chercheuse et discrète du catholicisme français, Jean Duchesne est normalien, universitaire, enseignant, spécialiste du monde anglo-saxon. 
Il a été l’homme de confiance et le conseiller éditorial du cardinal Jean-Marie Lustiger, ainsi que son exécuteur littéraire. Il a poursuivi une mission de conseil auprès du cardinal André Vingt-Trois. Il est encore directeur administratif de la jeune Académie catholique de France créée en 2008.

Cette fois il écrit en son nom et signe un essai vif et engagé pour la défense du catholicisme, "Un oxymore à la mode: le catholicisme minoritaire". 
L'oxymore est un terme utilisé en littérature pour désigner une figure de style. Il s'agit de l'association de deux mots incompatibles, au risque du contresens. Pour Jean Duchesne, catholicisme et minoritaire sont nécessairement contradictoires car le catholicisme est un universalisme, il est ouvert à tous. Mais si le catholicisme a été minoritaire c'est au temps des premiers chrétiens. "L'origine en est une seule personne, le Christ lui-même", explique Jean Duchesne.

L'universitaire s'est inspiré de l'historien anglais Arnold Toynbee (1889-1975). 
Pour cet intellectuel, "star de la prestigieuse London School of Economics", si toutes les civilisations sont mortelles, elles ne peuvent renaître que si se trouve en leur sein "une minorité créative" susceptible de la renouveller. Ce que Jean Duchesne dit essayer de montrer, c'est que si l'Eglise repart c'est "grâce à une seule personne, le Christ". Depuis sa mort et sa résurrection, le nombre de chrétiens ne cesse de s'étendre, mais le danger de la "ghettoïsation" guette.

"On est bien ensemble, on pense que l'on a raison, mais en instaurant une sous-société avec ses codes, restons-nous accueillant aux publicains?" Pour celui qui a accompagné deux cardinaux successifs à la tête du diocèse de Paris il y a beaucoup de gens qui "ne sont pas loin de l'Eglise". Il observe cependant qu'il y a "toujours quelque chose avec lequel ils ne sont pas d'accord ou ont le sentiment de ne pas être en règle". Pour Jean Duchesne, il est important de leur dire que "la porte reste ouverte".

  Présentée par Christophe Henning sur RCF.fr  

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?