::+:: Culture : Tergnier, point de passage du pèlerinage de la Via Francegina

Comme Lourdes ou Saint-Jacques-de-Compostelle, le pèlerinage de la Via Francegina est mondialement connu. Une escale à Tergnier est prévue lors du périple.


Tous les chemins mènent à Rome. Certains peuvent même passer par Tergnier. C’est notamment le cas du pèlerinage de la Via Francegina. Une voie cultuelle et culturelle mondialement connue de 1 900 kilomètres environ entre Canterbury (Angleterre) et Rome (Italie).

Le trajet est apparu au Xe siècle quand « Sigéric » se rend à Rome afin d’y rencontrer le pape Jean XV pour recevoir le pallium, symbole de sa nomination d’archevêque de Canterbury. Lors de son périple et dans un manuscrit actuellement conservé à la « British Library », il décrit avec minutie les 79 étapes de son voyage. Des étapes qui l’ont mené, pour l’une d’entre elles, à Tergnier.

« Ce n’est pas rien pour une ville comme la nôtre », souligne Thierry Coquisart, président de l’association J’aime Tergnier ayant pour but de mettre en avant les richesses ternoises.

Offrir son hospitalité


Il faut savoir que chaque année, plusieurs milliers de personnes empruntent cette voie. Bon nombre d’entre eux s’arrêtent dans la cité des Cheminots. « On a des questions concernant l’hébergement. Ceux qui font le pèlerinage nous demandent si certaines personnes peuvent les héberger pour une nuit », indique le service Communication de la Ville.

« J’ai accueilli un Allemand », évoque Hélène Luisin, secrétaire de l’association locale. En collaboration avec l’abbé Frédéric Da Silva, du diocèse de Soissons, les membres de la structure associative ont pour but de développer l’accueil aux touristes. Ils sont à la recherche de personnes volontaires désirant offrir leur hospitalité.

« On ne s’imagine pas le nombre d’étrangers que l’on croise. Tergnier est un point de passage puisque les randonneurs ont pour obligation de s’y rendre. Ils doivent y tamponner leur carnet de route », indique Thierry Coquisart. Ce dernier souhaite développer aussi ce système de tampons car la mairie, pas toujours ouverte et pas forcément au courant du principe, ne permet pas toujours de valider la venue des pèlerins.

Par R. D. pour L'Aisne Nouvelle.fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?