::+:: Affaires de pédophilie à Lyon : "Le pape a la possibilité de démettre le cardinal Barbarin de ses fonctions" (C. Terras)

Alors que le Premier ministre Manuel Valls a demandé mardi au cardinal Philippe Barbarin de prendre ses responsabilités après sa mise en cause par une association de victimes pour non-dénonciation à la justice des agissements passés de prêtres pédophiles, Christrian Terras, fondateur et rédacteur en chef des magazines catholiques Golias et Golias Hebdo, pointe, sur France Info, le "manque de discernement, manque de jugement du cardinal Barbarin sur ces affaires de pédophilie, totalement confondantes et révélatrices de l'Eglise catholique en la matière et qui ne fait pas évoluer les choses sur le terrain par rapport à ce que demande le pape François sur la tolérance zéro."

"L'Eglise catholique agit en réaction et non pas en prévention, estime Christian Terras. Il y a une espèce de raison d'Eglise, qui fonctionne comme la raison d'Etat. La protection du prêtre est supérieure à la protection des victimes. On protège l'institution et on ne dénonce pas les faits de pédophilie commis par les prêtres."
Pour le journaliste, il "semble difficile que le cardinal Barbarin tienne longtemps à son poste." "En dernier ressort, je pense que c'est au pape François de se saisir de l'affaire. Monseigneur Barbarin s'abrite derrière la justice, qui doit faire son travail. Le pape a la possibilité de démettre le cardinal Barbarin de ses fonctions."

"Jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie", affirme le cardinal Barbarin

"Je veux dire avec la plus grande force que jamais, jamais, jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie", a déclaré le cardinal Barbarin lors d'une conférence de presse donnée à Lourdes, en marge de l'assemblée des évêques. "Ça fait dix-sept ans que je suis évèque. Il m'est arrivé deux fois d'avoir connaissance de faits par une personne qui vient me le dire. C'est arrivé en 2006 et en 2014. La police peut en être témoin, ils m'ont rendu justice à ce sujet. Le dimanche suivant le prêtre n'avait plus le droit de célébrer la messe dans sa paroisse. A aucun des deux je n'ai redonné de ministère". Et le cardinal de s'interroger sur la prescription des faits anciens avec cette formule un peu maladroite : "La majorité des faits, grâce à Dieu, sont prescrits".



Des déclarations qui interviennent après les révélations du Figaro ce mardi matin. Le quotidien publie le témoignage d'un homme qui dit avoir été victime pendant son adolescence d'agressions sexuelles par un autre prêtre que le père Preynat, également dans le diocèse de Lyon. "Je demande qu'il n'exerce pas son ministère, dans le monde entier, jusqu'à ce que la justice se fasse" a déclaré à propos de ce prêtre le cardinal Barbarin.

par la Rédaction de France Info.fr


Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?