::+:: Dépasser les RELIGIONS ... pour atteindre DIEU !


Les religions organisent la vie de leurs croyants (ou adeptes) et les soumettent à des contraintes souvent imposées pour gagner le paradis dans un au-delà de la mort physique. Certaines menacent même de mort ou au minimum de l'enfer (terrible et sans vision de Dieu) les récalcitrants, les déviants des dogmes imposés et tous ceux qui ne se convertissent pas dans leur "vraie religion".

On constate un renouveau médiatique du fait religieux qui va jusqu'à prétendre que l'Homme ne peut se passer de religion(s) et donc de la croyance en l'existence de Dieu(x) car les idéologies "humanistes" (des temps modernes) se sont effondrées. A voir les violentes et sanglantes confrontations entre des religions et au sein des religions, il est impératif de reconsidérer le phénomène religieux et ses dérives intrinsèques.

Depuis des millénaires l'homme s'est interrogé sur des manifestations de forces dans son milieu abordable de vie et sur le monde immatériel de pensées et son devenir au delà de la mort physique. Pour des peuples dits premiers et toujours présents comme des amérindiens de l'Amazonie ou des aborigènes d"Australie et de Nouvelle-Guinée, l'homme vit en harmonie avec des forces spirituelles animant le vivant et les deux mondes, intérieur et extérieur. Dans l'Antiquité, les phénomènes naturels inexpliqués étaient attribués à des Dieux (de la mer, du vent, du tonnerre, du soleil...) auxquels se sont ajoutés d'autres dieux à implorer ou à redouter (de la guerre, de la chasse, de l'amour, des récoltes, des enfers...). Certains principaux philosophes et savants de l'époque, en particulier Épicure et les Stoïciens, ont montré à leurs congénères qu'une vie humaine harmonieuse et respectueuse de tous les humains, esclaves inclus, était non seulement possible mais souhaitable, et ce en dehors de toute religion. Cette façon humaine de voir le monde, sans référence à des divinités, était valable aussi bien pour les Chinois (voir Confucius) que pour des Grecs.

Toutefois, dans le monde antique quelques pays dont nous pouvons appréhender les cultures, ont développé de fortes structures religieuses conditionnant le mode de vie de leurs habitants : L'Egypte et les douze tribus du peuple Juif en sont deux exemples remarquables.

Pour les Egyptiens, pendant deux millénaires de nombreux Dieux avaient leurs cultes codifiés et contrôlés par un clergé puissant. La tentative d'Akhénaton d'imposer un Dieu unique, Aton-Ré, Dieu du disque solaire, avec Akhénaton pharaon roi-soleil, hypostase vivante auto-divinisée, ne lui survécu pas et les prêtes d'Amon et de diverses divinités effacèrent toutes les traces matérielles de cette hérésie et reprirent le pouvoir spirituel (et en partie matériel). La fréquentation du peuple Juif avec sa religion d'un Dieu Unique Yahvé, ne déteignit pas durablement sur le grand peuple égytien.

Les douze tribus d'Israël, peuple sémite parmi d'autres peuples sémites, ont balayé la multitude de dieux et d'idoles ayant pignon sur rue, pour n'adorer qu'un Dieu Unique, Yahvé. Ils ont même développé une vision cosmologique du monde et une histoire de la création de l'humanité. Cette dernière étroitement imbriquée dans le Judaïsme, première religion monothéiste ayant survécu pendant des millénaires jusqu'à nos jours. La Bible, à la fois livre "historique" et livre religieux fondateur et prescripteur des dogmes et pratiques du Judaïsme, recèle des informations extraordinaires qui ne sont pas sorties de l'imagination des transmetteurs des textes sacrés, écrits quelques siècles avant JC, suite à des transmissions orales pendant des millénaires. Les diverses traductions sont souvent adaptées au public devant les prendre en compte : des formulations imagées sont parfois substituées au texte original trop clivant. Une première lecture de la Bible présente les tribulations d'un peuple avec les défauts caractéristiques des humains : violences, méchancetés, hypocrisies, cynismes, mensonges, débauches, guerres, massacres, assassinats... Ce peuple est sous la surveillance d'un Dieu, l'Éternel, entouré d'Elohim ou anges actifs, tour à tour messagers ou bras armés pour les punitions et des massacres purificateurs (ange exterminateur). Ce Dieu est souvent présent auprès des hommes, en paroles et parfois en pleine vue. Les Elohim et Yahvé (pour Adam et Eve) ont des apparences humaines et même les fils du ciel ont des chromosomes et de l'ADN parfaitement compatibles si ce n'est identiques avec ceux des humains, puisque dans la Genèse "les fils de Dieu (ou du Ciel) virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisissaient". Et ils eurent des enfants : tout cela ne plut pas à l'Éternel ! L'écrivain ésotérique Jean Sendy, vers la fin des années 60, développa la thèse rationnelle de la nature extra-terrestre de Dieu et de ses Elohim décrits tout au long de la Bible. L'arbre de vie et l'arbre de la connaissance (du bien et du mal) à ne pas toucher ni manger de leurs fruits serait le vaisseau des Elohim, posé sur terre, et renfermant les Vérités du monde, et le serpent ne serait que Lucifer, l'ange de lumière, le révolté qui inciterait Eve et Adam à partager les connaissances célestes des extra-terrestres. Cette interprétation en vaut bien d'autres ! Toujours est-il qu'Adam et Eve "gouttèrent aux fruits de la l'arbre de la connaissance, en particulier du bien et du mal". Ils ne "gouttèrent pas aux fruits de l'arbre de vie", donc n'eurent pas accès à l'immortalité ou à la vie éternelle. Dieu en les chassant du paradis invita les déchus à croître en nombre et en sagesse et connaissances, parfaisant leur accès à la connaissance afin de devenir Dieu ou à l'égal de Dieu ! La version extra-terrestre est confirmée par le char tiré par des chevaux de feu emmenant Enoch au Ciel, et par la description d'Ézéchiel de vaisseaux et de leurs occupants porteurs de messages divins. Pour Jean Sendy l'Arche d'Alliance que Moïse ne devait absolument pas voir (sous prétexte de l'impossibilité et l'interdiction de voir le visage de Dieu) et permettait d'entendre la voix de Yahvé et de converser avec lui n'était qu'un poste de communication radiophonique ou équivalent.

La Bible décrit les vicissitudes historiques du peuple Juif, et les rappels à l'ordre moral par ses chefs, ses anges et ses différents prophètes "branchés sur les directives de l'Éternel". Pour les Juifs, dépasser le Judaïsme pour atteindre Dieu, consisterait littéralement à développer les sciences et techniques aboutissant aux voyages spatiaux extra-terrestres, tout en conservant une morale de vie, en particulier les 10 commandements des Tables de la Loi. L'évolution du Judaïsme au cours des siècles, avec le Talmud et la Yorah, l'a conduit sur des interprétations plus spiritualistes et transcendantales : revenir à la description fondamentale ne peut qu'être une hérésie ! L'admettre serait destructeur de la notion implicite de "Peuple élu de Dieu" et admettre que les Juifs ne sont que des humains semblables et égaux aux autres humains. Pourtant ce serait fort utile ! Si effectivement la terre a été visitée par des extraterrestres d'autres civilisations anciennes ont été en contact avec eux : ces derniers ont certainement donné des coups de pouce à leur évolution et pour certaines à de leurs réalisations.

En ce qui concerne les Chrétiens, surtout ceux des multiples variantes du Protestantisme, l'Ancien Testament est aussi un texte fondateur. Le juif Jésus se dit "Fils de Dieu", (différent du Messie annoncé dans les textes sacrés), donc pour les Juifs il blasphème en se présentant fils de Yahvé. Jésus ne prétend pas clairement que Dieu son Père est le Yahvé des Juifs. Par contre, il se prétend Roi, "mais son royaume n'est pas de ce monde", donc très probablement du monde du Ciel, des Elohim ou des Anges. Jésus reste en continuité avec les extra-terrestres de la Genèse en déclarant : "je suis la Vérité (connaissances) et la Vie" en pleine référence aux deux (arbres) interdits du jardin d'Eden ! Les anges restent présents dans la vie de Jésus : Gabriel pour l'annonciation, ange devant le tombeau vide, et dans d'autres circonstances après la résurrection. Ces anges, tout comme dans l'ancien testament, ont une forme totalement humaine, sans ailes. Dans les premiers siècles du christianisme les pères de l'Église discutaient âprement sur le sexe des anges, étant donné les rapports sexuels dans la Genèse entre les anges-elohim et les filles des hommes ! Après le Dieu omniprésent et punisseur de l'Ancien Testament, Jésus-Christ introduit le Dieu d'Amour qui aime tous ses enfants et qui pardonne ; et surtout qui demande aux hommes de faire de même ! Donc de se comporter à son image : quel beau programme pour l'humanité !

Jésus propose donc aux hommes de se conduire comme lui, comme Dieu, donc d'atteindre Dieu par leur spiritualité, par leurs actes d'Amour et par leur volonté constamment renouvelée, car l'homme peut succomber à sa nature humaine, à son comportement animal ou bestial.

Les hiérarchies successives des Christianismes ont balayé et ignoré la vision matérialiste et extra-terrestre de Dieu, des Elohim et des Anges, pour se consacrer à la promotion de la vision spiritualiste et transcendantale. L'achèvement de cette transformation a été couronné au premier Concile de Nicée (en Turquie actuelle) en l'an 325 par l'introduction du Saint-Esprit comme troisième personne divine, consubstantielle aux deux déjà reconnues, Dieu le Père et Jésus-Christ ou Dieu le Fils. Ce concile précisa et renforça les canons et les dogmes du Christianisme (comportant déjà quelques variantes ou déviances). Le Dieu d'Amour, de Pardon et de Miséricorde, se substituant au Dieu Juif directif et volontiers punisseur, et faisant appel à la sensibilité, à la morale innée, à la (bonne) conscience de l'âme humaine, a été enfermé dans les visions autoritaristes et autarciques des chefferies religieuses : aujourd'hui le Pape François se heurte à la forteresse de la Curie romaine et de ses éminences, pour ramener l'Église dans ses fondamentaux révélés par Jésus !

Pour l'Islam, la création est aussi l'oeuvre du dieu unique "Allah" et sa description est similaire à la création selon la Bible, avec une durée de six Jours (la durée du jour semble être considérablement plus longue que celle des jours de la bible), avec, en particulier, la création des anges et des animaux, puis celle d'Adam, le premier Prophète, à la fin du sixième jour. L'histoire est assez commune jusqu'à Abraham également grand Prophète de l'Islam et fondateur du peuple d'Ismaël. L'Ange Gabriel, toujours sans ailes, a un grand rôle dans les révélations d'Allah aux hommes et au grand Prophète Mohamed (ou Mahomet) et Jésus est même un autre prophète selon l'Islam. 

La présentation "extra-terrestre" dans la Bible est moins présente dans le Coran. Cependant ces deux religions, assurant la cohésion sociale, canalisent la violence et l'utilisent en cas de besoin contre les adversaires ou ennemis de leur religion (avec guerres et massacres) et pour punir les déviants et récalcitrants au sein de leur religion. En tant que contraintes ou exercices imposés pour une bonne pratique, l'Islam est assez comparable au Judaîsme, et il est d'une pratique plus simple que l'assujettissement à la liturgie catholique : il se rapprocherait davantage aux rites des protestantismes, privilégiant le dialogue spirituel avec Dieu à celui avec les prêtres (surtout pour la confession). Les cinq piliers fondamentaux de l'Islam dans le rapport du croyant à son Dieu sont typiques des trois religions monothéistes, à savoir :

- reconnaître un seul Dieu unique, Allah pour les musulmans,

- adorer et prier ce Dieu cinq fois par jour,

- faire l'aumône aux pauvres, au minimum à 10% de ses revenus,

- jeûner pendant la lunaison du ramadan,

- faire au moins une fois dans sa vie le pèlerinage aux lieux saints de la Mecque.

A ces piliers s'ajoutent des règles fondamentales de vie sociale analogues aux 10 Commandements Judéo-chrétiens. Par la suite, comme pour les deux autres religions monothéistes, les grandes Autorités religieuses ont constitué un grand corpus de règles de vie à l'intérieur de la communauté et pour les rapports souvent conflictuels avec le monde extérieur. Les croyants passent d'un rapport intime et spirituel avec leur Dieu unique à une vie rythmée et codifiée par des Institutions religieuses contrôlées par des hommes souvent de très bonne Foi. Allah est caractérisé par 99 Noms, présentant ses qualités positives intrinsèques de Miséricorde, de Tolérance, de Pardon, de Compassion, de Sagesse, d'Omniscience, de Puissance, de Créateur de toute chose et de tout être....Les caractéristiques négatives pouvant affecter l'homme, croyant ou non croyant, sont attribuées à l'action de "Shatan" et autres êtres diaboliques.

Renouer le contact spirituel direct avec Dieu, Allah, pour atteindre, dans une communion avec les forces divines, l'être absolu, est ou serait le but ultime des musulmans. Cette tension vers la spiritualité libérerait les musulmans des dérives islamistes et parfois terroristes ! Qu'Allah inspire et guide les musulmans !

Pour le Bouddhisme la référence à la genèse du Monde, à un Dieu unique n'existe pas : c'est un cheminement de vie, avec des phases de réincarnation, donc de vies multiples afin de se purifier et d'atteindre l'Éveil, la pureté de l'être, dans un Nirvana. Les règles de vie, analogues aux 10 commandements et au rejet des 7 péchés capitaux, associent la vie sociale fraternelle et harmonieuse à une spiritualité accentuée par la méditation visant à communier avec les forces de la nature vivante, les êtres vivants possesseurs d'une âme et le monde de la transcendance, du Nirvana. Tout est dans tout et l'homme n'est pas appelé à dominer le monde terrestre mais à le respecter. Le Bouddhisme n'est ni guerrier, ni conquérant de territoires matériels. Le Bouddha, vénéré n'est pas adoré comme un Dieu unique !

Si le Bouddhisme s'est développé en Inde et au Tibet, sa version laïque, sans référence à un Bouddha, ni à la réincarnation des âmes a été codifiée par le chinois Confucius avec un minimum de spiritualité inhérente à l'homme. Par contre, Lao Tseu avec le taoïsme a mis une touche de spiritualité liée à des forces surnaturelles, le "Tao", la "Mère du Monde", le principe qui engendre tout, la force fondamentale qui coule en toute chose de l'univers : ce n'est absolument pas un Dieu ou une divinité comme dans les conceptions monothéiste du monde. C'est dans ces doctrines philosophiques et en partie religieuse que l'on retrouve le principe de complémentarité du Yin et du Yang.

Il est remarquable que les premiers philosophes grecs, le Bouddha, Confucius et Lao Tseu soient quasi contemporains, quelques siècles avant JC. Leur compréhension du monde, des hommes et de la nature est en phase avec notre vision du monde moderne, celle en droite ligne des Lumières pour la partie démocratie et libertés individuelles. Elle serait (en moindre mesure chez les grecs) plutôt en avance pour la partie universalité des forces de la nature, des forces vitales et des forces spirituelles et transcendantales.

Il n'y a plus qu'un pas à franchir pour assimiler soit le principe qui engendre soit les forces fondamentales qui organisent toute chose et tout être vivant, aussi bien dans la cosmologie moderne du big bang, que dans la transcendance qui anime et constitue l'essence de l'homme en le différenciant de l'animal, pour assimiler, disions-nous, à une Divinité, au Dieu unique des religions du Livre. 

Ainsi ATTEINDRE DIEU c'est s'intégrer en toute humilité dans les forces fondamentales et existentielles de l'univers matériel, du champ de forces vitales qui engendrent et organisent la Vie biologique. Atteindre Dieu, c'est respecter le monde vivant, la nature et tous les hommes (et chaque homme) issus des forces fondamentales. C'est respecter les différences, les variations du chemin conduisant à l'harmonie avec le Principe Créateur.

L'Homme est beaucoup plus qu'un système d'équations rationnelles régissant le vivant qui le prédéterminerait. L'Homme peut se révolter et contrer la bonne marche du monde, de la nature et de la vie en société : il a une transcendance que l'on attribue à Dieu ou à un monde de spiritualité. Son système rationnel peut devenir irrationnel avec l'apparence d'une logique propre qui n'est qu'une déviance des trajectoires logiques selon les forces fondamentales. La Vie est construction tendue vers un achèvement. La Vie a besoin de Temps, d'affinement. La Révolte contre les forces créatrices s'exprime par la destruction souvent rapide et violente : elle donne l'impression de toute puissance sur la nature et le monde. Certains disent que les forces de la révolte et de la destruction des âmes et du corps sont dues à des forces du mal, à des entités maléfiques comme Lucifer, Satan et les démons. D'autres prétendent que les forces du mal, les inclinations au mal sont inhérentes à l'homme et présentes en son coeur ou en son âme, de façon innée ou acquise. Alors que, par essence, Dieu est miséricordieux et accorde son pardon, beaucoup d'éminents religieux s'octroient le droit de punir et/ou détruire l'homme victime des forces du mal : ils ne détruisent pas le Mal, mais seulement un support victime de forces maléfiques. Au contraire ils devraient comprendre l'homme "possédé" et l'accompagner dans un cheminement spirituel vers Dieu. Ensemble avec la victime ils doivent dépasser les règles humaines des religions pour tendre vers Dieu.

Même si le spiritualisme religieux est entrain de subvertir l'homo sapiens sapiens, il existe encore en Occident des poches de résistances à la prépondérance des religions et des religieux sur la vie organisée dans des sociétés humaines et humanistes. Les deux IDÉALOGIES (fondées sur des idéaux et non des idéologies) sont la laïcité et l'athéisme : toutes les deux veulent que les sociétés s'organisent selon des critères rationnels et démocratiques, et que les religions, domaine des croyances, doivent rester dans le domaine individuel et privé, en respectant le libre arbitre et la liberté de choix de tous les individus. Les athées ont aussi leur croyance principale à savoir que Dieu n'existe pas, surtout le Dieu des religions monothéistes. Mais l'athéisme n'est pas une religion avec des dogmes et des pratiques codifiées

Cependant les laïcs militants (et les agnostiques) et les athées convaincus ont des réflexions sur le monde, sur la nature, sur les forces de vie, sur les diverses forces qui régissent l'univers et la matière, et sur les comportements neurologiques et psychologiques de l'humain. Ils méditent sur l'homme, sur son devenir, sur sa conscience, sur le bien et le mal qui animent l'homme. Sans le vouloir et s'en rendre compte ils tendent vers une certaine transcendance dépassant l'homme, vers un domaine que les religions attribuent à Dieu. En quelque sorte ils tendent vers une analyse de Dieu, une analyse purement humaine et rationnelle, débarrassée des croyances religieuses !

Par contre, la planète des hommes est de plus en plus envahie par une nouvelle religion dévastatrice et dominatrice, sans règles morales : c'est le culte de la Divine Finance, de l'Argent-Roi, avec ses dogmes fondateurs des lois du marché libre, de l'exercice sans entrave de la loi du plus fort afin d'atteindre le Graal, le saint-profit à maximiser. Avec ses temples et ses grands prêtres. Cette "religion" dominatrice et lumineuse est "Luciférienne" : elle se passe de méditations et de réflexions spirituelles sur l'avenir de l'humanité et du monde ; elle reste dans l'immanence hors de toute transcendance. La "spiritualité" qui anime ses adeptes se fond dans la circulation de 0 et 1 dans des réseaux informatiques de circulation de masses d'argent VIRTUEL. Il suffirait d'une coupure généralisée des réseaux électriques et informatiques pour que les croyants en la Divine finance et dans la toute puissance des marchés, soient désemparés et ramenés à des comportements préhistoriques !

Chaque homme, tout homme se doit de sortir de son animalité, de sa bestialité, pour intégrer, dans l'humilité et le respect, ses forces et pulsions neuronales et spirituelles dans le système de forces diverses et universelles qui créent et animent le monde ! C'est la façon d'atteindre ce que certains hommes nomment DIEU !
++ O ++
Info Agora Vox .fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Les preuves historiques de l’existence de Jésus (3) : Témoignages externes sur les 4 évangiles

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?