::+:: « La religion qui ne se prête pas à la radicalisation »


Apolline de MALHERBE recevait mercredi matin, sur RMC, le Cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de Paris.

Décidément j’aurai toujours autant de mal à écouter ces prélats s’exprimer, sans avoir envie de leur demander s’ils ne sont pas amnésiques.

Interrogé sur les processus de radicalisation islamiste, Monseigneur André VINGT-TROIS expliqua que notre société était trop orientée vers la satisfaction de désirs individuels, au lieu de promouvoir des aspirations collectives. La journaliste lui faisant remarquer que les frustrations qui en découlent n’étaient pas réservées aux jeunes Musulmans, mais qu’elles pouvaient être ressenties par des Chrétiens ou des Juifs (Et j’ajoute, car ils sont majoritaires, des personnes sans aucune foi religieuse …), elle insista en lui demandant s’il pensait qu’il existait un lien entre radicalisation de jeunes Islamistes et la religion dont ils se réclament.

Tortillant un peu, il répondit d’abord qu’à son sens aucune religion n’est la cause d’une radicalisation, puis précisa que, s’agissant du Christianisme et du Judaïsme, ces religions ne se prêtaient pas à la radicalisation.

La langue de bois était passée par là discrètement, et chacun avait pu comprendre en creux que l’Islam était plus susceptible de radicalisation que le Christianisme.

J’avais écouté ça, bien assis devant mon ordinateur et sans aucun bruit extérieur … quand je sursautai en entendant dehors un raffut pas possible.

Pourtant bien loin de Lyon, c'est dans le jardin du couvent d’Avila où il est enterré, que Tomás de TORQUEMADA venait de se retourner tellement vivement dans sa tombe, que la Terre en avait bougé jusqu’au degré 9 de l’échelle de RICHTER. Lui qui avait tant fait brûler d’hérétiques, on venait de nier l’action de toute sa vie !

Comment peut-on ainsi oublier l’extrémisme dont se rendit coupable … et de nombreuses fois dans l’Histoire … l’Eglise catholique ?

Comment oublier la Saint Barthélémy ?

Comment oublier tous les massacres commis au nom de l’Eglise catholique ?

Monseigneur André VINGT-TROIS poursuivit avec des propos très républicains sur la laïcité qui garantit la liberté de pratiquer toutes les religions … en oubliant d’ailleurs au passage que certains n’ont pas de religion.

Comment oublier les prises de position de l’Eglise catholique en France et, particulièrement, des deux principaux prélats, Philippe BARBARIN et André VINGT-TROIS, déniant au Parlement français, il y a trois ans, sa légitimité de voter à propos du « mariage pour tous » qui, selon eux, ne relevait que de « la loi de Dieu » ?

Il faudra que les églises, toutes les églises, évoluent encore beaucoup dans leur respect des convictions d’autrui pour que l’on puisse cesser de les considérer comme des facteurs de division de la société et de radicalisation de ceux qui prennent leurs consignes ultra au premier degré, comme ces fanatiques d’Outre-Atlantique qui n’hésitent pas à assassiner, au nom du respect de la vie, ceux qui pratiquent des interruptions volontaires de grossesse.
++ O ++
Info Médiapart .fr

Posts les plus consultés de ce blog

::+:: Qu’est-ce que le miracle eucharistique ?

::+:: La seule religion d’Etat (4eS)

::+:: Un journaliste sceptique est devenu chrétien en enquêtant contre le christianisme